Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

D’autres PME arnaquées à la Banque Nationale

De nombreux entrepreneurs visés par une fraude au virement bancaire à la Banque Nationale, dont six autres qui ont contacté Le journal pour dénoncer la situation, se sentent ignorés par leur institution financière. La banque indique qu’ils sont responsables de leur malheur, mais qu’ils seront remboursés prochainement.

• Lire aussi : Des dizaines de clients de la Banque Nationale escroqués par des pirates informatiques

« La Banque n’a fait aucune tentative pour récupérer mon argent », dénonce Marie-Claude Normand, de l’entreprise Les Constructions Richard. Elle s’est fait voler 100 000 $ le 7 septembre.

Le matin du 8 septembre, elle s’en est immédiatement rendu compte. Les fraudeurs avaient ajouté un nouveau destinataire sur le compte bancaire de son entreprise.

Elle avait en main le nom de l’institution, le numéro de compte et le transit où se trouvait l’argent volé.

«Je leur ai dit d’aller chercher l’argent, d’appeler Scotia (où se trouvait l’argent). Rien ne s’est passé. J’ai eu des nouvelles le 5 octobre, lorsque j’ai déposé une plainte auprès du médiateur de la banque», s’insurge-t-elle.

Mais le pire dans tout cela, affirme le président de Constructions Richard, c’est que « la banque nous accuse d’avoir cliqué sur un lien et fait comme si c’était de notre faute ».

« Ils m’ont dit d’aller nettoyer mon ordinateur, que j’avais dû cliquer sur un lien. Je n’ai cliqué sur rien, les pirates J’ai vidé mon compte », ajoute la dame.

Avez-vous des informations à nous partager sur ce type de fraude ?

Écrivez-nous à

La peur au ventre

Son histoire ressemble en tout point à celle des cinq autres entrepreneurs auxquels Le journal a pris la parole lundi. Leurs histoires s’ajoutent à celles des trois entrepreneurs qui ont témoigné dans nos pages vendredi.

Tout le monde, sans exception, se sentait accusé par la banque.

La propriétaire d’un atelier de carrosserie sur la Rive-Sud de Montréal, également victime du stratagème – 101 000 $ lui ont été volés – a même pris des mesures extrêmes.

Elle a versé 6 000 $ à une firme spécialisée pour faire inspecter les ordinateurs et le réseau de son entreprise. « Ils n’ont rien trouvé », assure-t-elle.

À Mascouche, Ève Blanchette a réagi à la vitesse de l’éclair lorsqu’elle a réalisé, à 6 h 15 le matin du 9 octobre, que de nouveaux destinataires s’étaient ajoutés à son compte bancaire corporatif dans la nuit.

La peur au ventre, elle a appelé la banque sans hésiter une seconde. «On m’a dit de rappeler à 7 heures du matin que le service n’était pas ouvert», raconte le propriétaire de Distribution Fort-Mag.

Lorsqu’elle a finalement obtenu la ligne, aucun transfert n’avait encore été effectué. Malgré son avertissement, la banque n’a pas agi et le vol a eu lieu plus tard, le 9 octobre.

«Ils m’ont dit à 7h30 qu’ils gelaient mon compte. Ce n’est pas vrai, car les transferts ont eu lieu après. Et ils me disent que c’est de ma faute ? Allez… », s’indigne l’entrepreneur.

La faute des clients

Sortant de son silence lundi, la Banque nationale s’est défendue en indiquant que « quelques dizaines de clients sont tombés dans le piège » des fraudeurs.

«Dans tous les cas dont nous parlons ici, des gens ont donné accès aux comptes commerciaux aux fraudeurs», explique André Boucher, chef de la sécurité de l’information à la Banque Nationale.

Avec «des méthodes très sophistiquées», renchérit sa collègue et vice-présidente, Geneviève Turbide-Potvin, responsable de tous les comptes commerciaux à la Banque Nationale.

Cela peut être en leur communiquant leur mot de passe ou leurs authentifications à deux facteurs lorsqu’ils répondent à un appel ou cliquent sur un lien en ligne, ajoute M. Boucher, avant de glisser que « les fraudeurs affinent constamment leur méthodologie ».

Le VP for Business indique également que la banque a mis en place des mesures à disposition des clients afin de pouvoir les accompagner lors de l’enquête : « liquidité, marges et autres éléments ».

« La majorité des victimes ont déjà été remboursées à 100 %. Dans quelques jours, nous l’espérons, ce sera le cas pour toutes les victimes », affirme M.moi Turbide-Potvin.

Enfin, elle se dit « assez fière que la Banque ait déjà récupéré la majorité des sommes fraudées et que la majorité des clients aient déjà été remboursés ».

Six témoignages

Certains entrepreneurs souhaitent rester anonymes pour préserver leur réputation. D’autres craignent que la Banque ne leur fasse payer pour parler publiquement. Voici six cas d’entrepreneurs escroqués.

Nom: Anonyme

Entreprise: entreprise à numéro dans le domaine du développement immobilier à Sherbrooke

Date de la fraude : 13 septembre

Montant volé : 12 900 $ (deux transferts)

Plainte à la police : oui, à la GRC

Citation: « Cette histoire m’a fait éclater dès le début. Mon argent a été envoyé à un TD à Toronto. Si je sais cela, imaginez ce qu’ils savent, à la Nationale.

Nom: Ève Blanchette

Entreprise: Distribution Fort Mag

Date de la fraude : 9 octobre

Montant volé : 39 000 $ (en 4 transferts)

Plainte à la police : oui, Service de police de la ville de Mascouche

Citation: « Même si j’essaie de les appeler, cela ne sert à rien. Je me suis rendu compte de la fraude à 6h15. Leur service aux entreprises ouvre à 7h du matin. Ce n’est pas grave. »

Nom: Anonyme

Entreprise: Médecin, indépendant

Date de la fraude : 5 octobre

Montant volé : 0 $ (22 transferts, tous annulés)

Plainte à la police : Non

Citation: « J’ai de la chance. Mais je pensais que j’étais le seul et maintenant je vois que nous sommes des dizaines, peut-être plus. Je n’ai plus confiance en la Nationale. »

Nom: Anonyme

Entreprise: un atelier de carrosserie

Date de la fraude : 31 août

Montant volé : 101 000 $ (deux transferts)

Plainte à la police : oui, service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu

Citation: « Nous sommes dans le néant depuis le 1euh septembre. Ils disent que nous avons cliqué sur quelque chose. Ce n’est pas ça. »

Nom: Anonyme

Entreprise: Pharmacien, indépendant

Date de la fraude : 18 septembre

Montant volé : 10 000 $ (trois transferts)

Plainte à la police : oui, SPVM

Citation: «J’ai l’impression d’être dans une maison de fous. Je n’ai pas eu de nouvelles depuis un mois.

Nom: Marie-Claude Normand

Entreprise: Richard Constructions

Date de la fraude : 7 septembre

Montant volé : 98 079 $ (deux transferts)

Plainte à la police : oui, service de police de Repentigny

Citation: « Ils avaient le transit, il leur suffisait de geler l’argent. Je les ai prévenus dans les cinq minutes. Ils m’ont ignoré pendant un mois.


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page