Skip to content
Des bébés meurent de faim en Afghanistan un an après la prise de pouvoir des talibans

Des bébés meurent de faim en Afghanistan un an après la prise de pouvoir des talibans

  • Samera, sept mois, est victime de la crise humanitaire en Afghanistan
  • La malnutrition aiguë est l’un des plus grands tueurs d’enfants de moins de cinq ans
  • Temor, 12 ans, est son frère et vit avec sa mère Sonia, 36 ans et ses deux frères

Les yeux sombres en forme de soucoupe de Samera, sept mois, regardent fixement une infirmière bercer doucement sa tête et nettoyer son corps désespérément faible.

Elle est l’une des victimes innocentes de la crise humanitaire en Afghanistan, parmi tant d’autres souffrant des effets de la malnutrition aiguë sévère, l’une des plus meurtrières chez les enfants de moins de cinq ans.

Son frère de 12 ans, Temor, est inquiet et se sent impuissant.

« Je voudrais du pain et du lait pour ma petite sœur », dit-il. « Ma mère et mon père sont au chômage et nous n’avons rien à manger ni à boire. Parfois nous pouvons trouver du pain et parfois non.

Samera, sept mois, est l’une des victimes innocentes de la crise humanitaire en Afghanistan

Temor vit avec sa mère Sonia, 36 ans, ses deux frères et Samera dans une maison d’une pièce dans une communauté isolée du nord de l’Afghanistan.

Le père de Samera est allé en Iran chercher du travail mais ils n’ont pas reçu d’argent.

Samera ne pèse que 8 livres et sa bouée de sauvetage a été le centre de santé mobile – l’un des 66 exploités dans le pays par Save the Children – où elle reçoit une pâte spéciale à base d’arachides qui lui fournit des vitamines vitales.

Les prix des denrées alimentaires ont grimpé en flèche et il y a peu ou pas de travail pour les adultes, mais Temor déclare : « J’aimerais être plus âgé pour pouvoir travailler et gagner de l’argent. J’aimerais pouvoir aller à la mosquée et à l’école.

« Nous voulons que notre situation s’améliore. Nous voulons avoir de l’eau ici.

Publicité

dailymail Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.