Des centaines d’auteurs de bandes dessinées se sont réunis sur un forum pour voter pour le Nouveau Front Populaire

Florence Cestac, Etienne Davodeau, Marion Montaigne… les auteurs de bande dessinée invitent à voter pour la « seule force politique ayant proposé à ce jour un programme compatible » les 30 juin et 7 juillet prochains.

Publié


Temps de lecture : 2 min

Des centaines d'auteurs de BD appellent à voter pour le Nouveau Front Populaire. (LAURE BOYER / HANS LUCAS)

Des centaines d’auteurs de BD appellent dans une tribune, publiée sur le site « Autrices, Auteurs en Action » à voter, les 30 juin et 7 juillet, pour le Nouveau Front Populaire, « la seule force politique à avoir proposé à ce jour un programme compatible »avec leur « vœux ». Cette colonne est intitulée « La BD agace le Rassemblement national ». Parmi les signataires, on retrouve notamment Florence Cestac, Etienne Davodeau, Marion Montaigne, Léa Castor et Vincent Vanoli.

« Depuis Tintin au Congo, la bande dessinée a beaucoup changé. La bande dessinée est désormais un art populaire engagé »écrivent les auteurs de ce texte dont la publication est illustrée par une flamme, emblème du RN, brûlant une bande dessinée, symbole fort pour alerter sur le danger de l’arrivée au pouvoir du parti d’extrême droite pour le monde de la Culture. « Sans auteurs, pas de BD ! ».

« Témoins des luttes sociales, antiracistes, féministes, LGBTQIA+, psycho-inclusives et du handicap, les BD d’aujourd’hui embrassent les combats pour une société juste et ouverte ! »explique la colonne.

« Nous, scénaristes, dessinateurs, coloristes, lettrés, graphistes, traducteurs, éditeurs, libraires, refusons le sort de devoir vivre et travailler dans une société promouvant les valeurs du Rassemblement National et des autres partis extrêmes DROITE »dénoncer les signataires.

Pour ces auteurs de BD, les valeurs de l’extrême droite incluent : « La haine et la peur de l’autre, le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie, le sexisme, la haine des personnes LGBTQIA+, des personnes handicapées ou atteintes de maladies physiques ou mentales, des femmes et de la liberté de disposer de leur corps ».

« Nous refusons de nous soumettre aux forces qui dressent les groupes sociaux les uns contre les autres, qui cherchent à régner par la terreur et la division, qui prétendent servir le peuple alors qu’elles ne veulent que l’asservir. »prévient la plateforme.

« Nous rejetons l’idée de vivre sous un pouvoir qui dédaigne les artistes et les intellectuels pour mieux abrutir ce qu’il considère comme une canaille à séduire. Nous le voyons très clairement à travers l’exemple du lamentable empire médiatique du milliardaire fasciste Vincent Bolloré. ».