deux morts et un gendarme grièvement blessé ; Emmanuel Macron convoque un conseil de défense et de sécurité nationale

Pour le moment, il est trop tôt pour en être sûr, mais ce matin, plusieurs organisations ont affirmé conjointement dans un communiqué « qu’un accord est possible ». Il s’agit de l’Union calédonienne-FLNKS, de l’Union nationale pour l’indépendance, de la formation du président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Louis Mapou, des Loyalistes, Sonia Backès, du Rassemblement, Virginie Ruffenach et de l’Éveil océanien, le parti wallisien de Milakulo. Tukumuli. « Les échanges se sont intensifiés ces dernières semaines » assurent-ils.

Quitter la version mobile