Devant ses partisans LR et RN à Nice, Ciotti appelle à la «mobilisation générale»

Eric Ciotti a appelé jeudi soir à Nice ses partisans LR et Rassemblement national (RN) à la « mobilisation générale » lors des deux tours des législatives pour permettre à son alliance avec l’extrême droite de « gagner, gouverner la France et la renverser ».

« Je sais que vous êtes fiers et heureux de la libération de la pensée », a-t-il déclaré devant quelque 300 personnes venues au port de Nice pour ce premier meeting depuis l’annonce de son alliance, dont la tenue n’a été rendue publique que 30 minutes à l’avance.

Parmi ses partisans, Théo, 16 ans, militant des Jeunes Républicains, a avoué ne pas s’attendre à une alliance avec le RN. « Mais nous avons besoin de cela pour sauver la France du déclin que lui fait subir M. Macron, et pour continuer d’exister », a assuré le lycéen.

Militante RN de longue date, Evelyne Delval, 55 ans, secrétaire au CHU de Nice, a apprécié le discours du député sortant : « Ce qu’il dit est la réalité. Nous vivons dans un quartier populaire et c’est notre quotidien. J’ai toujours J’ai aimé M. Ciotti. Ses positions n’étaient pas assez fortes mais maintenant je suis content.

Après un discours offensif de son adjoint Patrick Baqué, chirurgien niçois qui a appelé à déplacer le « cordon sanitaire » pour lutter contre ce qu’il appelle « la gauche raciste, antisémite et antifrançaise », M. Ciotti a dressé un tableau sombre de la situation de Nice et de la France en matière de finances publiques mais aussi de sécurité et d’immigration.

Dénonçant le président Emmanuel Macron, « l’homme qui valait 1 000 milliards d’euros de dettes », le député a exclu de voter Macron comme alternative.

« Le macronisme, c’est fini. Dimanche, il y aura le choix entre l’alliance de la droite ou de l’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon à Matignon, Sandrine Rousseau ministre de l’Intérieur, Rachel Keke à la Culture », a-t-il déclaré.

« C’est indécent et factuellement faux », a répondu son adversaire macroniste dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes, Craig Monetti, également lors d’un rassemblement au même moment. « Il y a énormément de Niçois et de France qui sont républicains, progressistes, démocrates, centristes et qui rejettent fermement les extrêmes. »

Lors des législatives de 2022, M. Ciotti, député de la circonscription depuis 2007, a récolté près de 32% des voix au premier tour contre 26% à M. Monetti, et s’est imposé avec 56% des voix au second tour. Cette année, le soutien du RN et de Reconquête pourrait le rapprocher de la barre des 50% au premier tour.

fcc/iw/gvy