Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Dévoilement du budget de l’année 1 | Poilievre accuse Trudeau d’alimenter l’intérêt pour la souveraineté du Québec

(Ottawa) Au lendemain du dévoilement du budget de l’an 1 pour un Québec indépendant, le chef de l’opposition officielle à Ottawa, Pierre Poilievre, accuse les libéraux fédéraux de Justin Trudeau de chercher délibérément à raviver la flamme souverainiste.


« Le Parti québécois a mentionné vouloir créer l’indépendance pour des raisons économiques. C’est quelque chose que le parti n’aurait jamais osé faire pendant les années conservatrices parce que les impôts et les dettes étaient faibles, les impôts étaient faibles et la croissance était forte », a-t-il déclaré mardi lors de la période des questions.

Selon le chef conservateur, « c’est pour cela que ce premier ministre a renversé ces politiques, provoquant un désir de séparation chez certains au Québec ».

M. Poilievre a ainsi commenté, en ouverture de la traditionnelle joute oratoire aux Communes, l’exercice entrepris par le Parti québécois (PQ) de Paul St-Pierre-Plamondon.

M. Trudeau a répondu que « pendant que les partis d’opposition soulèvent de vieilles querelles sur la souveraineté, (les libéraux resteront) déterminés à fournir de l’aide aux Canadiens ».

Plus tôt mardi, plusieurs de ses ministres ont balayé l’initiative du PQ.

Je n’ai plus beaucoup de temps pour examiner des budgets sophistiqués à l’heure actuelle. (…) Il se passe tellement de choses dans le monde. Nous nous concentrerons sur les choses qui sont importantes pour les gens.

le ministre de l’Industrie, François-Philippe Champagne

Le lieutenant du gouvernement fédéral pour le Québec, Pablo Rodriguez, a insisté sur « les divisions » entre amis et membres d’une même famille que les discussions sur la souveraineté ont créées dans le passé.

« Je me souviens très bien du référendum de 1995. Les divisions que cela a créées. (…) Des membres de la famille qui ne se parlent plus, des amis qui ne se parlent plus non plus. C’est aussi mon cas», a déclaré M. Rodriguez alors qu’il se rendait à une réunion du conseil des ministres.

Il a évoqué « l’acrimonie des débats, les divisions qu’ils ont créées, les dérapages occasionnels aussi ». « En tant que société, voulons-nous vraiment revenir là-dedans ? », a fait valoir M. Rodriguez, également ministre fédéral des Transports.

Il ne « voit pas la nécessité » de relancer le débat sur la souveraineté du Québec, puisque, selon lui, la province « est florissante comme société, tant sur le plan économique que social ».

Ils ont une forte représentation ici à Ottawa, 35 députés libéraux, ainsi que des gens d’autres partis qui les représentent. Nous avons un système qui fonctionne», a soutenu M. Rodriguez.

le lieutenant du gouvernement fédéral pour le Québec, Pablo Rodriguez

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a tenu à souligner qu’Ottawa «entretient d’excellentes relations avec le gouvernement de la province de Québec», selon elle. « Nous travaillons en étroite collaboration dans l’intérêt des Québécois. (…) Nous sommes fiers des investissements que nous avons faits dans la province de Québec qui sont dans l’intérêt de la nation québécoise et dans l’intérêt de tout le Canada», a déclaré le vice-premier ministre canadien. presse.

Elle n’a pas manqué de faire allusion à l’entente conclue avec le gouvernement de François Legault pour un investissement phare dans l’usine Northvolt, à Québec.

Sa collègue responsable de l’Agence du revenu du Canada, Marie-Claude Bibeau, a affirmé qu’«on ne reviendra pas encore au rapport fiscal unique».

«S’ils le veulent unique, nous serons heureux de le faire pour eux, comme pour les autres provinces», a déclaré le ministre. Elle a souligné que c’est le cas de toutes les autres provinces canadiennes.

« Ce serait une belle économie pour le Québec », a-t-elle ajouté.

Le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, réfute l’idée selon laquelle la lutte aux changements climatiques pourrait être plus facile dans un Québec indépendant.

«On consomme du pétrole au Québec. Nous consommons 360 000 barils par jour. Qu’est-ce que cela changerait dans un Québec souverain ? Nous importerions du pétrole comme nous importons du pétrole aujourd’hui », a-t-il déclaré aux journalistes.

Le ministre de l’Approvisionnement, Jean-Yves Duclos, a également évoqué un certain manque de temps dans son horaire pour examiner le budget de la première année d’un Québec indépendant. Il a soutenu qu’il avait « plus d’intérêt à consacrer au budget de l’année prochaine pour les familles de la classe moyenne de (sa) circonscription ».

Le chef du Bloc Yves-François Blanchet, pour sa part, « salue l’exercice » qui, à ses yeux, « fait vivre l’idée » de la souveraineté québécoise. « En soi, ce n’est pas une panacée économique. Il s’agit de récupérer les outils nécessaires pour développer notre propre économie. Les chiffres extrêmement bien présentés – un excellent travail – sont à cet égard très inspirants », a-t-il déclaré lors de la mêlée de presse.

Selon lui, la « seule voix forte et intransigeante » concernant l’exercice budgétaire de l’an 1 vient des rangs des libéraux fédéraux et de ceux de leurs proches cousins ​​au niveau provincial, ce que M. Blanchet voit comme « une preuve que les souverainistes sont au bon endroit. »


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page