Direct : la BCE prête à une première baisse de ses taux directeurs

Direct : la BCE prête à une première baisse de ses taux directeurs

13 h 59 Andrew Kenningham, Capital Economics

L’économiste en chef du cabinet pour l’Europe prévoit également que le taux de dépôt reviendra à 3 % d’ici la fin de l’année. Il semble peu probable que la BCE baisse ses taux à chacune de ses réunions pour le reste de l’année après la légère réaccélération de l’inflation en mai. Elle devrait faire une pause en juillet. Un scénario toutefois plus accommodant que les attentes du marché, qui table sur trois assouplissements au total en 2024.

« Notre positionnement reflète notre opinion selon laquelle le processus de désinflation va probablement se poursuivre, car une grande partie de l’inflation des salaires de cette année est essentiellement un processus de rattrapage après le Covid et le choc des prix de l’énergie. Mais il est clair que les risques se sont quelque peu déplacés vers un cycle d’assouplissement plus progressif.»

——————-

13h47 Oui d’un point de vue communication

Pour les stratèges d’ING, « avec une baisse de taux largement attendue, les marchés se concentreront davantage sur les orientations fournies par les projections macroéconomiques actualisées et par la présidente Christine Lagarde lors de la conférence de presse. Notre économiste n’attend que de légères révisions à la hausse de la croissance et de l’inflation en 2024 dans les nouvelles prévisions de ses services, mais surtout aucun changement dans le profil et le calendrier de la baisse de l’inflation. inflation inférieure à 2%. Pourtant, des données récentes ont mis en évidence le risque que l’inflation reste persistante. Si l’on ajoute à cela l’amélioration des indicateurs de confiance, il n’y a pas d’urgence à procéder à une réduction ce jeudi sur la seule base des données, mais d’un point de vue communicationnel, la BCE s’est déjà mise dans une impasse. « Nous pouvons cependant penser qu’elle devrait être un peu plus belliciste et s’abstenir de commettre la même erreur en ne donnant pas beaucoup d’indications sur les prochaines étapes cette fois-ci. »

——————-

13h35 Les salaires, le critère le plus pertinent

Pour Patrick Barbe, responsable de l’investissement obligataire Investment Grade en Europe chez Neuberger Berman, la question est seulement de savoir combien de temps il faudra pour que l’inflation revienne à 2%, « ce qui signifie qu’un taux directeur de 4% est un peu trop restrictif pour le standard de la zone euro, validant une première baisse ce jeudi. On peut s’attendre à ce que la tendance baissière de l’inflation sous-jacente reprenne après le rebond de mai. Mais comme la BCE l’a expliqué à plusieurs reprises, l’évolution des hausses de salaires constitue le critère le plus pertinent pour sa décision. Le chiffre du premier trimestre a enregistré une hausse de +4,7% sur un an, bien au-delà de la limite de 3%, tirée principalement par l’Allemagne. Il s’agit clairement d’un problème, mais les nouveaux indicateurs avancés pointent vers une baisse des augmentations de salaires négociées. , ce qui signifie que la BCE peut commencer à baisser ses taux directeurs, mais devrait rester prudente sur la base des données. Nous nous attendons donc à ce que la BCE maintienne sa politique restrictive cette année, mais dans une moindre mesure, avec un taux directeur réduit à 3 %.

——————-

13h24 Konstantin Veit, gestionnaire de portefeuille chez Pimco

« Nous pensons que la BCE réduira ses taux directeurs de 25 points de base lors de la réunion, les ramenant à 3,75 % pour la facilité de dépôt. Cependant, le plus intéressant sera la trajectoire après juin. La BCE ne devrait pas fournir beaucoup d’indications à ce sujet et nous pensons qu’elle mettra à nouveau l’accent sur son approche réunion par réunion basée sur le flux de données au cours des prochains mois. Il est donc peu probable qu’elle s’engage sur une trajectoire tarifaire particulière.

Une fois que la BCE aura commencé à réduire ses taux, nous pensons qu’elle procédera avec prudence, par étapes de 25 points de base. Compte tenu de la réactivité de la BCE, dont les décisions sont basées sur les perspectives d’inflation, la dynamique sous-jacente de l’inflation et la transmission de la politique, nous pensons que la BCE continuera de réduire ses taux lors des réunions de sélection de ses services. Les risques penchent vers des réductions plus faibles, principalement en raison de la persistance de l’inflation des services, de la résilience du marché du travail, des conditions financières souples et de considérations de gestion des risques. Au cours du second semestre, l’accent devrait rester mis sur l’évolution des salaires, compte tenu notamment d’un taux de chômage record de 6,4% et d’un nombre toujours élevé d’emplois vacants.»

——————-

13h11 Des marchés confiants devant la BCE

Un peu plus d’une heure avant la décision de politique monétaire de la BCE, le Cac 40 évolue dans le vert, en hausse de 0,51%, à plus de 8.050 points. Il existe une confiance dans une première baisse des taux de la part de la banque centrale. Les volumes d’échanges sont plutôt faibles, inférieurs à 780 millions d’euros.

——————-

13 heures. Début de notre Direct BCE

Tous les regards sont tournés ce jeudi vers la Banque centrale européenne, qui prend sa décision de politique monétaire à 14h15. Une baisse des taux directeurs de 25 points de base est le scénario le plus largement attendu par la communauté financière. Ceci, d’autant que la présidente de la BCE, Christine Lagarde, l’a clairement évoqué lors de la séance précédente et que plusieurs dirigeants de banques centrales lui ont emboîté le pas.

Le taux de la facilité de dépôt passerait de 4 à 3,75%, le taux de refinancement de 4,50 à 4,25% et le taux du prêt marginal de 4,75 à 4,50%. Un premier assouplissement monétaire qui interviendrait après 18 mois de hausses de taux, d’une ampleur globale de 450 points de base, suivis de 9 mois de statu quo. La décision devrait être unanime parmi les membres de la BCE.

Evolution du taux Refi de la BCEBloomberg

Le débat porte principalement sur le calendrier des futures baisses de taux et leur ampleur au cours des prochains trimestres. Cela dépendra des données. L’autre point de suivi de cette réunion phare consistera donc dans les nouvelles prévisions économiques qui seront livrées en termes de croissance du PIB et d’inflation. Des éléments qui seront développés et commentés par Christine Lagarde lors de sa conférence de presse qui débutera à 14h45, soit une demi-heure après la communication du verdict monétaire. Suivez notre diffusion en direct.

Quitter la version mobile