Skip to content
directeur parlementaire du budget |  Les transferts fédéraux en santé devraient augmenter de 4,8 %

(OTTAWA) Le directeur parlementaire du budget affirme que les dépenses fédérales en soins de santé devraient augmenter au cours des 12 prochains mois à un rythme plus rapide que prévu par le gouvernement.

Publié à 14h14

Le Transfert canadien en matière de santé est calculé pour augmenter automatiquement en fonction de « la moyenne mobile sur trois ans de la croissance du PIB nominal » au Canada. Toutefois, ce taux de croissance annuel ne peut être inférieur à 3 %.

Le directeur parlementaire du budget estime que ces transferts fédéraux devraient augmenter de 4,8 % en 2022-2023. L’augmentation de 2,1 milliards de dollars portera les dépenses fédérales en soins de santé à 45,2 milliards de dollars au cours du prochain exercice, qui commence en avril.

Les provinces demandent une augmentation de 28 milliards de dollars de ces transferts fédéraux en santé.

D’ici 2027, le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux, prévoit que les dépenses fédérales annuelles en soins de santé atteindront 56,1 milliards de dollars.

Les estimations publiées jeudi montrent également que les dépenses fédérales en prestations aux aînés augmenteront de 6,7 milliards de dollars, ou 10,9 %, par rapport à l’exercice précédent. Cette augmentation est en partie attribuable aux taux d’inflation élevés — les prestations sont indexées à l’inflation — mais aussi à l’augmentation du nombre d’aînés au Canada.

Les dépenses totales au titre de la Sécurité de la vieillesse devraient atteindre 68,3 milliards de dollars l’an prochain. Ce montant comprend une enveloppe de 740 millions pour un versement unique aux aînés bénéficiaires du Supplément de revenu garanti qui avaient reçu des prestations d’urgence liées à la pandémie.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.