Skip to content
Douze fondations s’unissent pour aider les jeunes de la DPJ

Douze fondations de protection de la jeunesse ont annoncé qu’elles se regroupaient mardi en grand groupe. Ce nouvel organisme aidera les jeunes pris en charge par le DPJ à faire la transition vers la vie adulte. «Ce sont les adultes de demain et nous voulons leur donner de l’espoir», a expliqué Benoît Duplessis, président du groupe.


Les 12 fondations régionales aident déjà des jeunes à poursuivre leurs études postsecondaires et à s’installer dans leur premier appartement. Ils offrent des sacs à dos et des fournitures scolaires, des paniers de Noël, des vêtements, des services de soutien moral, des camps d’été et des activités sportives.

En se regroupant au sein du Regroupement des fondations pour la protection de la jeunesse du Québec (RFPJQ), Benoît Duplessis espère mieux faire connaître les organismes auprès de la population, mais aussi des jeunes qui pourraient utiliser les services. « Hier, les fondations travaillaient en silos. Aujourd’hui, le rapprochement crée des synergies […] afin de donner plus aux jeunes qui en ont besoin », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Montréal.

Le nouvel organisme a aussi lancé le site aidonslesjeunes.com pour recueillir des dons. « Faites un don qui donne de l’espoir. Aidons ces jeunes à réussir leur vie, mais surtout à réussir leur vie », a ajouté M. Duplessis.

« Les outils pour vivre comme un adulte »

Douze fondations s’unissent pour aider les jeunes de la DPJ

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Nicolas Zorn

Nicolas Zorn lui-même aurait aimé bénéficier des services d’une fondation dans sa jeunesse, mais celle-ci n’existait pas. Le fondateur du projet de l’Observatoire québécois des inégalités a vécu dans un centre jeunesse de 11 à 18 ans. Il a décroché au secondaire, décroché au cégep, décroché à nouveau pour enfin réussir à obtenir des diplômes universitaires. Il est actuellement doctorant en sciences politiques.

« Quand on est un jeune de la DPJ, on n’a pas les outils pour vivre en adulte. Vous ne savez pas vers qui vous tourner. Mais aujourd’hui, je sais que les jeunes peuvent se tourner vers les fondations », explique celui qui s’implique dans l’organisme laurentien.

M. Zorn explique que les fondations aident les jeunes par des gestes simples comme leur fournir un téléphone portable, mais elles permettent aussi à certains de réaliser leurs rêves. « Vous ne pouvez pas savoir comment sont les jeunes dans les maisons des jeunes, ils ne se sentent pas intégrés au groupe. Cependant, aujourd’hui, nous leur envoyons le message qu’il existe des programmes pour leur donner un coup de main parce que oui, ils peuvent aller à l’université. Oui, ils peuvent réussir dans la vie. Oui, ils font partie du groupe », a déclaré Zorn dans une déclaration touchante.

Le Regroupement des fondations pour la protection de la jeunesse du Québec offre ses services en plus de ceux de l’État. Au Québec, 45 000 signalements sont retenus chaque année par la DPJ. Ce chiffre est en constante augmentation.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.