Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Élections Canada demande des mesures punitives pour contrer la désinformation

(Ottawa) La désinformation est un fléau qu’il faut combattre sur tous les fronts pour protéger les fondements de la démocratie canadienne, plaide le directeur d’Élections Canada, Stéphane Perrault, qui réclame de nouvelles mesures pour punir ceux qui tentent d’affaiblir le processus électoral en diffusant fausse information.

Publié à 14h12
Mis à jour à 14h30

Joël-Denis Bellavance

Joël-Denis Bellavance
La presse

Dans un rapport sur les élections de 2019 et 2021, le grand patron d’Élections Canada exhorte le gouvernement Trudeau à sévir contre ceux qui se livrent à des activités de désinformation pendant une campagne électorale en modifiant la Loi électorale.

Ainsi, elle recommande aux parlementaires « d’interdire à toute personne ou entité, au Canada ou à l’étranger, de faire sciemment de fausses déclarations sur le processus électoral dans le but de nuire au déroulement d’une élection ou de mettre en doute sa légitimité ou ses résultats ».

M. Perrault n’a pas voulu donner d’exemples précis de campagnes de désinformation qui auraient eu lieu lors des deux dernières élections.

« Je ne vais pas vous donner d’exemples concrets, mais il me semble qu’il s’agit ici de tracer une ligne claire et de définir le principe », a-t-il déclaré en conférence de presse après avoir déposé son rapport au parlement

« Il est inacceptable de saper délibérément le processus électoral en diffusant de fausses informations sciemment fausses dans le but de saper le processus électoral. C’est donc notre objectif. Nous voulons empêcher cela et nous avons besoin de paramètres pour assurer l’intégrité de notre processus électoral et le protéger contre ce genre de comportement », a-t-il ajouté dans le même souffle.

Le Parti conservateur affirme qu’au moins cinq de ses candidats sont morts lors des dernières élections à la suite d’une campagne de désinformation sur les politiques du parti prétendument menées par le régime communiste chinois parmi les membres de la diaspora chinoise.

Pendant la campagne électorale, l’ancienne chef conservatrice Erin O’Toole a prôné une ligne dure envers la Chine, notamment en raison de la détention arbitraire de deux Canadiens, Michael Spavor et Michael Kovrig. Ces derniers ont été détenus pendant plus de 1 000 jours en représailles à la suite de l’arrestation du dirigeant du géant chinois des télécommunications Meng Wenzhou, à Vancouver, en décembre 2018, à la demande des États-Unis.

Face à un autre fléau, le discours de haine, qui est également en hausse sur les réseaux sociaux, le réalisateur Stéphane Perrault estime que le gouvernement fédéral doit permettre aux électeurs de demander à un tribunal de déterminer si une organisation a parmi ses objectifs essentiels de fomenter la haine envers un groupe identifiable. .

Si le tribunal conclut que tel est le cas, Élections Canada aurait le pouvoir de rejeter toute demande de l’organisation en question visant à s’enregistrer en tant que parti politique ou aurait le pouvoir de la radier.

Actuellement, il n’existe aucun mécanisme pour traiter les plaintes contre une organisation aux sombres agendas qui tente également d’enregistrer un parti politique.

M. Perrault a précisé qu’Élections Canada a reçu des plaintes concernant une demande d’enregistrement d’un nouveau parti politique lors de la dernière élection de la part d’électeurs en raison du discours tenu par ses organisateurs.

« Il y a eu une augmentation de l’extrémisme violent à motivation idéologique et une augmentation des signalements de discours de haine. […] Et à l’heure actuelle, il n’y a aucun mécanisme en place pour faire face à ce genre de problème », a-t-il déploré.

Entre autres recommandations, M. Perrault estime souhaitable que la durée minimale d’une campagne électorale passe de 36 jours actuellement à 45 jours si les élections n’ont pas lieu à date fixe, comme ce fut le cas en 2021.

Un tel délai supplémentaire donnerait aux électeurs plus de temps pour envoyer leur vote par la poste. Lors du dernier scrutin, le vote par correspondance a considérablement augmenté, mais de nombreux bulletins sont arrivés en retard et n’ont pas pu être comptés.

Le directeur général d’Élections Canada recommande de soumettre les messages texte aux électeurs aux mêmes règles que les appels téléphoniques, qui sont couverts par le Registre des communications avec les électeurs.

Il soutient également que la Loi électorale devrait exiger spécifiquement que toutes les contributions en crypto-monnaie reçues par les entités politiques fédérales soient déclarées.

« Les campagnes de désinformation visant à saper la légitimité des élections ou de leurs résultats, l’utilisation potentielle de fonds étrangers par des tiers et la montée des discours de haine contre certains sont des sujets épineux qui ne peuvent être ignorés même si les solutions peuvent être imparfaites », a déclaré Perrault. .


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page