Emmanuel Macron ne « veut pas donner les clés du pouvoir à l’extrême droite en 2027 »

Emmanuel Macron a affirmé qu’il ne « voulait pas donner les clés du pouvoir à l’extrême droite en 2027 », lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi 12 juin après la dissolution de l’Assemblée nationale. Il a également refusé tout débat avec Marine Le Pen avant les élections législatives.

« J’accepte pleinement d’avoir déclenché un mouvement de clarification » en dissolvant l’Assemblée, a déclaré le Président de la République. « Quand 50% des Français votent aux extrêmes, quand on a une majorité relative à l’Assemblée, on ne peut pas leur dire ‘on continue comme si de rien n’était' », a déclaré le chef de l’Etat. « C’est ne pas les respecter, ce n’est pas les entendre », a-t-il ajouté.

« Je veux qu’il y ait un gouvernement capable d’agir pour répondre à leur colère, à leurs urgences », a-t-il ajouté. « Si les gens ont peur » qu’un Premier ministre d’extrême droite soit nommé à Matignon, « eh bien le choc est pour l’instant ».

Pas de démission après les législatives

Emmanuel Macron a reconnu avoir une « responsabilité » dans l’échec de son camp aux élections européennes face au Rassemblement national. Mais il n’a « aucun esprit de défaite » pour les élections législatives, a-t-il souligné, se présentant comme un « optimiste sans faille ».

Comme il l’a fait mardiil a également assuré qu’il ne démissionnera pas après le résultat des élections législatives. « Je tords le cou à ce canard qui n’a jamais existé, c’est absurde », dit-il

Article original publié sur BFMTV.com