Skip to content
Emmanuel Macron s’exprime après le vote sanction aux législatives

Le président français s’exprime pour la première fois depuis le second tour des élections législatives qui a privé son camp de la majorité absolue et conduit à une crise politique. Après deux jours de consultations avec les chefs des forces politiques de la nouvelle Assemblée, le chef de l’Etat sort de son silence. Suivez son intervention en direct sur France 24.

Comment le président Macron compte-t-il reprendre la main après le camouflet électoral des législatives, qui ont vu le camp présidentiel perdre sa majorité absolue ? Après deux jours d’intenses consultations politiques, le chef de l’Etat sort de son silence pour s’adresser aux Français, mercredi 22 juin à 20 heures. Une intervention à suivre en direct sur France 24, en cliquant sur le player vidéo ci-dessus.

Ensemble !, l’alliance formée autour du chef de l’Etat, n’obtient à l’issue du second tour des élections législatives que 245 députés, soit 44 de moins que la majorité absolue, et devra donc soit former un gouvernement de coalition, soit obtenir un majorité au « cas par cas » pour faire adopter ses projets de loi.

La position du camp présidentiel est d’autant plus délicate que Les Républicains (LR) et l’UDI, ses alliés les plus « naturels » au sein de l’opposition pour mener à bien son programme de réformes, dont celui du système des retraites, ne cessent de répéter que oui ne veulent pas participer à un gouvernement de coalition alors que leurs soixante élus suffiraient à constituer une majorité stable.

Blocage au Parlement ?

Les résultats des élections législatives ont confirmé la montée en puissance du Nupes, la coalition de gauche, et du Rassemblement national d’extrême droite, deux forces d’opposition déterminées à bloquer au maximum les projets économiques et sociaux du président Macron.

En attendant d’y voir plus clair, Emmanuel Macron a refusé mardi la démission de la Première ministre, Elisabeth Borne, et lui a demandé d’accélérer les affaires courantes, sans que son maintien en fonction ne soit assuré à moyen terme.

Le temps presse cependant pour le président de la République, s’il veut apporter un peu de clarté politique avant d’entamer jeudi un marathon diplomatique qui le verra participer à un Conseil européen à Bruxelles, un sommet du G7 en Allemagne, un autre en L’OTAN à Madrid, puis une conférence de l’ONU à Lisbonne.

Avec AFP et Reuters

France 24

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.