Skip to content
En Egypte, les déboires de la chanteuse Sherine Abdel Wahab, « l’Arabe Britney Spears »


LETTRE DE BEYROUTH

Depuis des mois, le public arabe est tenu en haleine par les déboires de la chanteuse égyptienne Sherine Abdel Wahab, aux prises avec une histoire mêlant divorce et accusations de violences conjugales, d’addiction et d’hospitalisation forcée par sa famille. Beaucoup ont exprimé leur soutien à la pop star de 42 ans présentée comme « Arabe Britney Spears ». Son histoire a rappelé aux Égyptiens le combat de la star américaine contre sa tutelle et le sort parfois précaire des femmes dans le pays conservateur. L’artiste égyptienne a, pour l’heure, offert à ses fans une fin heureuse : elle a mis un terme au déballage public après l’annonce de son remariage avec le chanteur égyptien Hossam Habib et de nouvelles dates de concerts.

Ce n’est pas la première fois que Sherine Abdel Wahab fait la une des journaux depuis ses débuts acclamés en 2002 avec l’album FreeMix 3, vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. Le chanteur prolifique – sept albums, un film, une sitcom et un rôle de juré dans la version arabe du concours de talents La voix – avait été condamné en 2018 à six mois de prison avec sursis pour avoir plaisanté lors d’un concert sur la qualité de l’eau du Nil, avant d’être acquitté.

L’analogie avec Britney Spears s’est imposée aux yeux du public lorsque Sherine Abdel Wahab est montée sur scène en janvier 2022 à Abu Dhabi, le crâne rasé, comme l’avait fait la chanteuse américaine en 2007. Abasourdis, certains de ses fans avaient évoqué une punition pour avoir a osé, un mois plus tôt, divorcer de son mari, le chanteur Hossam Habib. Leur relation difficile alimentait les tabloïds depuis des mois. « Pourquoi ne serait-ce pas un nouveau look ? Un changement ? Ou quelque chose que j’aurais fait moi-même, même si j’étais déprimé ? Pourquoi avez-vous tout de suite imaginé le pire ? » elle a répondu sur Twitter. En juillet, Sherine Abdel Wahab a changé de ton. Elle a révélé à la presse qu’elle avait été agressée par « coups et insultes » par son ex-mari, et l’a accusé d’être derrière son crâne rasé. S’ensuivit une longue descente aux enfers, marquée par des accusations et des plaintes respectives.

« L’hospitalisation était nécessaire »

Dans un nouveau rebondissement, son frère, Mohammed Abdel Wahab, a annoncé mi-octobre qu’il devait la forcer à entamer un traitement médicamenteux. Puis des accusations d’enlèvement ont rapidement émergé. La comparaison avec Britney Spears, gardée sous tutelle par son père pour ses problèmes de santé, a cette fois été invoquée par ses fans, qui ont manifesté leur soutien sur les réseaux sociaux en ressortant le hashtag #freebritney (« libérez Britney »). L’avocat de la célébrité a porté plainte contre son frère, accusé de l’avoir battue et hospitalisée de force, avant de retirer sa plainte. « Les rapports médicaux indiquent que l’hospitalisation était nécessaire »puis justifié Me Yasser Qantush à la télévision.

Il vous reste 44,33% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.