En Equateur, le président Daniel Noboa soumet fermement sa politique au référendum

Une patrouille de militaires dans le quartier Carapungo de Quito le 18 avril 2024.

Dimanche 21 avril, 13,6 millions d’électeurs équatoriens sont appelés aux urnes lors d’un référendum sur la politique sécuritaire de leur jeune président et sur ses priorités économiques. Daniel Noboa, 36 ans, est sous le feu des projecteurs internationaux pour avoir ordonné, le 5 avril, l’arrestation de l’ancien vice-président Jorge Glas dans les locaux de l’ambassade du Mexique à Quito. La descente de police a été unanimement condamnée, y compris par Washington. Le Mexique, qui a immédiatement rompu ses relations diplomatiques avec l’Équateur, exige des sanctions et des excuses. Mais il n’est pas dit que, sur le plan intérieur, M. Noboa ait perdu des points.

Arrivé au pouvoir en janvier pour un bref mandat de dix-sept mois (le temps de compléter celui de son prédécesseur, Guillermo Lasso, qui a démissionné), M. Noboa a pris les rênes d’un pays en proie à une crise sécuritaire sans précédent, en raison de la présence croissante de mafias et de gangs liés au trafic de drogue. La corruption affaiblit l’action de l’État. Jeudi 18 avril, José Sanchez, le maire de Camilo Ponce Enriquez, dans le sud du pays, a été tué, portant à quatre le nombre d’édiles assassinés en un an.

M. Noboa s’est rapidement imposé l’image d’un homme fort. Il a déclaré qu’il y avait un « conflit armé interne » dans le pays, a déployé l’armée et déclaré l’état d’urgence pour lutter contre les organisations criminelles. « L’arrestation de Jorge Glas renforce cette image d’homme fort », commente le chercheur Esteban Nicholls, de l’Université andine Simon-Bolivar. Selon lui, « la décision injustifiable d’intervenir dans une ambassade ne peut être comprise qu’à la lumière de la politique intérieure ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Equateur, le président Daniel Noboa choisit l’approche forte face à l’explosion de la violence des gangs

M. Noboa entend remporter son référendum, première étape vers sa possible réélection en 2025. « Aux yeux d’une partie de l’électorat, Jorge Glas incarne à lui seul la corruption des années Correa », poursuit M. Nicholls. Au pouvoir de 2007 à 2017, reconnu coupable de corruption, exilé en Belgique et très actif sur les réseaux sociaux, Rafael Correa reste très présent sur la scène politique.

Arrestation « illégale et arbitraire »

Saisie par les avocats de Jorge Glas d’une demande d’habeas corpus, la Cour nationale de justice a statué, le 10 avril, qu’en l’absence d’un mandat d’arrêt pour autoriser sa capture dans les locaux de l’ambassade, l’arrestation du l’ancien vice-président avait été « illégal et arbitraire ». Mais la Cour a refusé de libérer l’accusé au motif qu’il avait été condamné dans deux affaires de corruption. M. Glas se dit victime de persécutions politiques depuis sa première condamnation en 2017. Incarcéré dans une prison de haute sécurité de la ville de Guayaquil, il a lancé jeudi un appel à l’aide aux présidents de gauche mexicains. , le Brésil et la Colombie. « Je suis dans la pire prison d’Équateur et je suis en grève de la faim. Aide-moi « a écrit M. Glas dans une lettre manuscrite citée par l’Agence France-Presse.

Il vous reste 56,21% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.