En Géorgie, « le gouvernement est en guerre contre son propre peuple »

En Géorgie, « le gouvernement est en guerre contre son propre peuple »

Tout a commencé par un étrange coup de téléphone. Il était 4 heures du matin le 8 mai lorsque Gia Japaridze, professeur à l’Université de Géorgie à Tbilissi, a reçu un appel du Tchad. « On va te tuer, connard ! » Etes-vous contre cette loi ? Vous êtes donc contre les valeurs géorgiennes ! » Le professeur a bloqué le numéro. Une heure et demie plus tard, nouvel appel d’un autre numéro étranger. Et encore des insultes et des menaces de mort. Le lendemain soir, alors qu’il rentrait chez lui, trois hommes l’ont attaqué avec une batte de baseball. «Ils m’ont frappé de tous côtés, » déclare Gia Japaridze, 50 ans, ancien ambassadeur et frère du chef d’un petit parti d’opposition. Je pensais que j’allais mourir. »

Le même jour, trois autres personnalités ont été frappées. Tous s’étaient publiquement opposés à ce projet de loi, adopté par le Parlement le 14 mai, calqué sur une loi russe et visant à faire taire la société civile et les médias indépendants dans cette ancienne république soviétique du Caucase. Leurs visages ensanglantés et tuméfiés ont fait le tour des réseaux sociaux. D’autres, dont David Katsarava, chef de l’Union fait la force, un mouvement hostile à l’occupation russe en Ossétie du Sud et en Abkhazie, ont été attaqués dans les jours suivants.

Gia Japaridze, professeur à l'Université de Géorgie, dans son bureau à Tbilissi, le 18 mai 2024.

Quand Le monde En le rencontrant, dix jours après son agression, M. Japaridze a toujours un œil au beurre noir et son corps est couvert de larges contusions. Le professeur reçoit encore trois à cinq appels de menaces par jour. Ses proches aussi. « Ils ont même appelé ma mère de 80 ans malade en pleine nuit pour lui dire que son fils essayait de détruire le pays ! Ce que nous vivons aujourd’hui est encore pire que sous l’URSS. dit-il, abasourdi. Des gens tabassés par de petits groupes criminels, des appels massifs pour menacer les opposants et leurs proches, voire leurs enfants de 11 ou 12 ans, c’est inédit. » Depuis son agression, il ne voyage plus sans gardes du corps. « Je ne suis pas le seul à avoir dû les embaucher, beaucoup d’autres l’ont fait : des leaders de l’opposition, des membres d’ONG… Il est devenu très difficile de les trouver. »

« Nous devenons comme la Russie »

Aux menaces et aux agressions s’ajoutent des arrestations lors de rassemblements. Entre le 15 avril et le 15 mai, 189 personnes ont été arrêtées pour « hooliganisme » et 173 pour « désobéissance », selon l’Association des jeunes avocats. Dans une déclaration commune, une quinzaine d’ONG ont dénoncé l’utilisation « force disproportionnée »LE « arrestations massives, traitements inhumains et persécutions » les manifestants, cependant « pacifique ».

Il vous reste 66,33% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Quitter la version mobile