Skip to content
Enquête UPAC |  Un ancien attaché politique accusé d’escroquerie et de parjure

Une femme qui travaillait comme attachée politique de l’ancien député CAQ de Groulx, Claude Surprenant, est accusée de fraude, usage de faux et parjure à la suite d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).


Julie Nadeau a été accusée jeudi dernier. Selon la police, « Mmoi Nadeau, qui était responsable de la comptabilité du bureau de circonscription du député Claude Surprenant, a détourné des sommes totalisant plus de 8 000 $ du compte bancaire du bureau du député vers son compte personnel », en 2014 et 2015.

« De plus, l’enquête a montré que M.moi Nadeau avait présenté des documents médicaux falsifiés afin de bénéficier d’un arrêt de travail prolongé », poursuit l’UPAC dans un communiqué.

Mmoi Nadeau avait été embauchée comme attachée politique en avril 2014, mais le député l’avait congédiée pour faute grave en décembre 2016.moi Nadeau intente alors une poursuite pour congédiement injustifié devant le Tribunal administratif du travail.

« Au cours de ce procès, lors de sa déposition sous serment entre 2018 et 2021, M.moi Nadeau s’est parjurée à plusieurs reprises en prétendant détenir un baccalauréat en droit, puis un baccalauréat multidisciplinaire et un certificat en droit. Après vérification, M.moi Nadeau ne détient aucun diplôme universitaire », précise l’UPAC.

Lors de l’audience devant la Cour, M.moi Nadeau avait présenté un faux diplôme de l’Université Laval, bourré de fautes d’orthographe. Lorsque sa tromperie a été révélée, elle a affirmé que son ex-mari lui avait fourni le diplôme et l’avait accroché au mur de son bureau, « ce qui lui a fait croire qu’elle l’avait vraiment obtenu ».

En février 2022, le Tribunal a conclu que le licenciement de la femme était justifié.

« La plaignante occupait un poste important au bureau du comté dans la mesure où elle gérait les finances du bureau avec une grande autonomie. C’est elle qui a été désignée par le député pour recevoir toutes les informations financières de l’Assemblée et elle s’est engagée en son nom auprès de cette dernière à obtenir des services là-bas ainsi qu’auprès des citoyens et des fournisseurs », a expliqué la juge administrative Karine Blouin dans son jugement.

« Dans ces circonstances, le fait pour le plaignant de s’approprier des sommes indues, de mentir à au moins un fournisseur et au mandataire constitue une faute grave. Ce dernier ne peut plus lui faire confiance et son licenciement immédiat était justifié », a déclaré le juge administratif.

C’est au monde politique de veiller

A partir de 2017, La presse a révélé que le député avait porté plainte à la police pour vol contre son ancien collaborateur politique. Mmoi Nadeau avait défrayé la chronique à l’époque en déclarant avoir fait du travail partisan pour la CAQ alors que celle-ci était payée par l’Assemblée nationale.

Claude Surprenant a été expulsé du caucus de la CAQ en raison d’irrégularités dans ses dépenses comme député. Il a terminé son mandat en tant qu’indépendant et ne s’est pas présenté à une réélection. Le commissaire à l’éthique l’avait critiqué à plusieurs reprises pour ses dépenses. Le commissaire s’appuya notamment sur le témoignage de M.moi Nadeau, que l’avocat de M. Surprenant a qualifié en entrevue avec Radio-Canada de « menteur compulsif ».

Le porte-parole de l’UPAC, Mathieu Galarneau, en a profité lundi pour rappeler aux acteurs politiques qu’ils doivent garder l’œil ouvert pour détecter d’éventuels actes criminels en leur sein. Il a rappelé que le commissaire de l’UPAC, Frédérick Gaudreau, avait écrit directement aux élus à ce sujet.

« Les employés politiques, les fonctionnaires et les élus doivent pouvoir reconnaître rapidement des actes répréhensibles tels que ceux perpétrés par Mme.moi Nadeau. Le commissaire Gaudreau a également écrit aux élus en novembre dernier pour les inviter à tenir une séance de sensibilisation à la corruption avec leurs équipes », a déclaré M. Galarneau.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.