Skip to content
Fady Dagher au SPVM | « Il a la capacité de générer du soutien »

L’arrivée du nouveau chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Fady Dagher, donne espoir aux élus du gouvernement Legault de pouvoir changer la donne en matière de lutte contre la violence armée dans la métropole.


« Je connais M. Dagher depuis plusieurs années. C’est un gentleman qui a beaucoup de rigueur professionnelle. Il a une vision des choses, il est capable de cibler les enjeux et il a la capacité de générer du soutien pour ce qu’il met en place », a déclaré vendredi la ministre Chantal Rouleau, en marge d’une visite des locaux de Moisson Montréal, où elle a participé à la préparation des paniers de Noël.

Aujourd’hui ministre de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire, mais anciennement responsable de la Métropole, la principale intéressée se dit « heureuse » de voir arriver Fady Dagher « à cette heure-ci ». « Nous avions besoin de quelqu’un comme lui », dit-elle clairement.

Pour moimoi Rouleau, sa présence « est une garantie que Montréal saura prendre à bras-le-corps les différentes situations de violence, et avec vision ». « On parle de répression oui, mais il y a toute la prévention derrière qui est essentielle. C’est ce travail sur lequel on doit mettre beaucoup d’énergie, et je vais pouvoir aider de ce point de vue là », promet celui qui est aussi député de Pointe-aux-Trembles.

Un voyage « inspirant »

Il faut savoir que Fady Dagher est connu pour avoir repensé son service de police afin de donner plus de place aux relations avec les citoyens dans le travail des agents. Dès 2020, il a offert à ses patrouilleurs de Longueuil l’opportunité de s’immerger dans la réalité d’individus souvent marginalisés – femmes voilées, personnes brisées par des problèmes de santé mentale ou familles avec un enfant autiste, par exemple – afin de comprendre leur réalité. Le « Projet Immersion » avait défrayé la chronique et fait largement connaître M. Dagher.

« J’essaie de réduire les préjugés de la police envers les populations vulnérables, mais aussi les préjugés des populations vulnérables envers la police, depuis 15 ans. J’ai essayé une formation magistrale, ça ne marche pas », a-t-il déclaré en 2020 dans le cadre d’un important rapport de La presse.

En conférence de presse vendredi, l’actuel ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, a qualifié le nouveau chef du SPVM d’« homme inspirant ». « Maintenant, il y a un processus en place, nous devrons en discuter en Conseil des ministres, mais je suis ravi de la nomination », a-t-il dit, mentionnant qu’il devrait rencontrer M. Dagher la semaine prochaine. .

Ultimement, c’est bien le Conseil des ministres du Québec qui devra entériner ce choix, une étape qui devrait avoir lieu en janvier prochain.

Décontamination : « ça va se défaire »

Dans une interview, M.moi Rouleau est également revenu sur la décontamination qui fait du surplace dans l’est de Montréal. Alors que Québec prévoyait y consacrer jusqu’à 200 millions de dollars, un seul terrain privé a été décontaminé jusqu’à maintenant. A peine 9,6 millions ont été utilisés, alors que le programme se termine dans un an. « Le programme doit être un peu plus flexible. Je pense qu’il doit être repensé. Quand j’étais ministre, j’ai eu ces discussions avec le maire. Il faut y aller, et vite. Actuellement, c’est comme le chat qui court après sa queue, mais ça va se défaire », dit-elle, arguant que les travaux en cours sur l’avenir du REM Est pourraient aussi permettre d’accélérer la décontamination de certains sites.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.