Skip to content
Fady Dagher au SPVM |  « Servir toute la population, toutes les populations »

La police doit « servir toute la population, toutes les populations », a déclaré Fady Dagher, jeudi, au lendemain de sa sélection comme prochain chef du Service de police de Montréal (SPVM).




Se décrivant comme « incorruptible », il a annoncé vouloir diriger un service de police qui travaille « dans l’humilité » et qui réalise le « mariage » entre répression et prévention. Il veut « un service de police beaucoup plus inclusif, qui comprend les enjeux des populations marginalisées, qui comprend les enjeux de l’immigration. Il a ajouté: « Personne ne naît criminel. »

« Ce qui m’inquiète beaucoup, c’est que nous réagissons aux crises. Mais nous sommes capables d’intervenir avant les crises », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il souhaitait créer « un esprit de village » dans la communauté. Le SPVM doit tisser des liens avec la population en dehors des temps de crise, car « ça ressemble à bien plus qu’à du maquillage ».

Mais le prochain préfet de police saura aussi être dur avec les criminels : quand il s’agit « d’armes, de fusillades, ce n’est pas le moment de dialoguer. Il est temps d’intervenir ».

M. Dagher comparaissait devant la commission de sécurité publique de la mairie, qui doit confirmer sa nomination.

Martin Prud’homme, directeur général adjoint en charge des dossiers de sécurité, a déclaré que le processus de sélection qui avait conduit au choix de M. Dagher avait été « exemplaire ».

Chef de police de l’agglomération de Longueuil depuis 2017, M. Dagher est connu pour avoir repensé son service de police afin de donner plus de place aux relations avec les citoyens dans le travail des agents.

C’est un retour aux sources pour M. Dagher, qui a travaillé au SPVM pendant 25 ans, de 1992 à 2017. Durant cette période, il a gravi presque tous les échelons de l’organisation, de simple agent à directeur adjoint. de Marc Parent et Philippe Pichet, en passant par le chef de poste de quartier Saint-Michel. A l’état-major, il a piloté des dossiers chauds comme la gestion de la santé mentale lors des interventions policières, la lutte contre la radicalisation et le profilage racial.

L’officier n’était pas sur l’écran radar des observateurs de la scène policière lors de cette course à la direction. Et pour cause : « Je ne postulerai pas », avait-il clairement déclaré au 98,5 FM, début novembre, interrogé sur son intérêt pour la direction du SPVM.

Pas plus tard qu’en décembre 2021, Fady Dagher avait également signé un renouvellement de contrat de huit ans à la SPAL qui lui rapportait environ 300 000 dollars par an.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.