fille éternelle de l’hiver, Tessa Worley tire sa révérence

Tessa Worley, l’une des plus grandes gagnantes du ski français, a décidé de mettre un terme à sa carrière, à l’âge de 33 ans, après la finale géante de la Coupe du monde de ski alpin à Soldeu (Andorre), a annoncé dimanche la Fédération française de ski (FFS) .

Élevée dans un hiver permanent, la skieuse française Tessa Worley, 33 ans, a mis fin, dimanche 19 mars, à Soldeu (Andorre), à ​​une carrière exceptionnelle marquée par deux titres de championne du monde (2013 et 2017), laissant un vide dans le équipe de france.


Il y a une trentaine d’années, une Française et un Australien ont créé les remontées mécaniques et l’école de ski de la station où ils vivent six mois par an, l’hiver, avec leurs deux enfants, dont une toute jeune blonde. bon en glisse. C’était à l’autre bout du monde, à Mount Lyford, un tout petit village perdu en Nouvelle-Zélande, à deux heures de route de Christchurch et du premier hôpital.

« Mount Lyford était vraiment une aventure », a déclaré Tessa Worley en souriant. « La station était au milieu de nulle part, très sauvage. Et nous n’habitions même pas au village mais dans une maison complètement isolée, après une demi-heure de 4X4 sur des routes caillouteuses. J’ai apprécié cette vie perdue dans la nature, monter à la gare, aller skier, aller à la petite école et ses trois classes. »

Avec sa famille, Tessa, née le 4 octobre 1989 à Annemasse, traverse le globe tous les six mois entre la Nouvelle-Zélande et la Haute-Savoie, pour vivre un hiver sans fin. « Cette éducation a forgé mon caractère, estime Tessa Worley. Voyager, s’adapter, on déménageait tout un bazar tous les six mois. Avoir des repères différents, se sentir bien à plusieurs endroits, je suis à l’aise avec ça. »

Plus de 17 ans sur le circuit

Sans le savoir, la jeune fille prépare son avenir sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin, sa valise toujours prête, entre deux hôtels, dans la voiture ou dans les halls d’un aéroport.

Sortant de la petite enfance, Tessa Worley suit sa mère et s’installe définitivement en France. Elle intègre la Fédération et le haut niveau à 15 ans, à Albertville. Avec ses amies Taïna Barioz, Anémone Marmottan, plus tard Nastasia Noens, elle forme une joyeuse bande.

La championne a rapidement éclos en Coupe du monde, remportée pour la première fois à Aspen (États-Unis) en novembre 2008, à seulement 19 ans, et s’est installée parmi les meilleures, un cercle qu’elle n’a jamais quitté, avec 16 victoires sur le circuit en plus. à ses deux titres mondiaux.

A 33 ans, sa carrière fait figure d’exception : aucune autre skieuse n’a eu sa longévité, plus de 17 ans sur le circuit mondial, alors que les carrières de la plupart des champions s’arrêtent prématurément.

A la croisée des générations, Tessa Worley a skié contre les légendes Tina Maze, Lindsey Vonn et Anna Fenninger avant d’être opposée pendant des années à Viktoria Rebensburg et Lara Gut-Behrami, jusqu’à la meilleure skieuse de l’histoire Mikaela Shiffrin.

Fin d’une époque

Après ses débuts en fanfare, sa trajectoire est fulgurante jusqu’en décembre 2013, quelques mois après son premier titre mondial, lorsqu’une grave blessure au genou droit à Courchevel la prive des JO de Sotchi l’année suivante.

D’autres blessures, moins graves, ont émaillé sa carrière, mais la blonde aux yeux bleus est revenue de chaque difficulté avec une rage de gagner difficile à déceler dans la douceur de ses apparitions publiques.

Pendant plusieurs saisons, Tessa Worley a été quasiment la seule skieuse française à jouer régulièrement pour les victoires, une pression qu’elle a toujours parfaitement assumée, alors que ses coéquipières Coralie Frasse-Sombet et Nastasia Noens s’arrêtent également, en plus des adieux entre les hommes d’un autre figure, Johan Clarey.

Au moment de partir, la question de sa succession se pose, alors qu’une nouvelle génération pointe doucement le bout de ses spatules, emmenée notamment par Marie Lamure.

Pendant toutes ces années effrénées sur les pentes glacées, Tessa Worley n’a jamais revu le mont Lyford. « Après ma carrière, j’y retournerai, c’est sûr », avait-elle promis à l’AFP en 2021. Il est temps de retrouver ses racines, bien ancrées dans la neige.

Avec l’AFP



France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.