François Fillon définitivement condamné dans « Penelopegate », sa peine invalidée par la Cour de cassation

François Fillon, son épouse Pénélope (ici lors du premier procès en mars 2020) et son ancien adjoint Marc Joulaud ont été condamnés par la cour d'appel de Paris en mai 2022 pour emplois fictifs à l'Assemblée.  L'ancien Premier ministre a été condamné à quatre ans de prison, dont un an, 375 000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité.
THOMAS SAMSON / AFP François Fillon, son épouse Pénélope (ici lors du premier procès en mars 2020) et son ancien adjoint Marc Joulaud ont été condamnés par la cour d’appel de Paris en mai 2022 pour emplois fictifs à l’Assemblée. L’ancien Premier ministre a été condamné à quatre ans de prison, dont un an, 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité.

THOMAS SAMSON / AFP

François Fillon, son épouse Pénélope (ici lors du premier procès en mars 2020) et son ancien adjoint Marc Joulaud ont été condamnés par la cour d’appel de Paris en mai 2022 pour emplois fictifs à l’Assemblée. L’ancien Premier ministre a été condamné à quatre ans de prison, dont un an, 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité.

JUSTICE – Point barre… ou presque. La Cour de cassation s’est prononcée sur l’affaire Fillon en confirmant, ce mercredi 24 avril, la culpabilité de l’ancien Premier ministre, de son épouse Penelope Fillon et de son ancien adjoint Marc Joulaud dans l’affaire des emplois fictifs à l’Assemblée nationale.

François Fillon, « son épouse et le député sont donc définitivement déclarés coupables », souligne la Cour de cassation dans un communiqué. Néanmoins, la plus haute juridiction française a invalidé la peine prononcée contre l’ancien Premier ministre. La Cour « renvoie l’affaire devant la cour d’appel afin qu’elle soit rejugée sur les points suivants : la nature des peines à infliger (à l’encontre de François Fillon et) le montant des dommages et intérêts » que l’ancien locataire de Matignon et son épouse devront verser à l’Assemblée nationale.

La Cour de cassation estime notamment que François Fillon aurait dû être condamné à une peine de prison avec sursis. Mais le « Pénélopegate »qui a éclaté en pleine campagne présidentielle du candidat LR en 2017, a valu à l’ancien Premier ministre, à l’issue du procès en appel au printemps 2022, une peine de quatre ans de prison, dont un an ferme, soit 375 000 euros. amende et dix ans d’inéligibilité.

Des dégâts trop élevés

La justice a estimé que les preuves du travail d’attachée parlementaire fournies par Penelope Fillon – employée par l’ex-locataire de Matignon en 2012 et 2013 et par son adjoint entre 2002 et 2007 – n’étaient pas suffisantes pour justifier sa rémunération.

Penelope Fillon a été condamnée à deux ans de prison avec sursis et à 375 000 euros d’amende, tandis que Marc Joulaud a été condamné à trois ans de prison avec sursis, avec des périodes d’inéligibilité respectives de deux et cinq ans.

Les prévenus, qui ont toujours clamé leur innocence, ont également été condamnés à verser solidairement 800 000 euros de dommages et intérêts à l’Assemblée nationale. Sur ce point également, la Cour de cassation juge erronée la décision d’appel : la cour d’appel ne pouvait pas demander aux prévenus le paiement de la totalité des sommes perçues. « Si la rémunération versée (à Penelope Fillon) était manifestement disproportionnée par rapport au travail fourni, elle n’était pas dénuée de toute contrepartie »souligne la compétence dans un communiqué.

Voir aussi sur Le HuffPost :