Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Frontex muet sur le rapport de retrait de Grèce


L’agence frontalière de l’UE, Frontex, ne dira pas si des discussions sont en cours pour qu’elle se retire de la Grèce.

Mais un article publié lundi 26 juin par le journal français Le Monde indique que le responsable des droits fondamentaux de l’agence, Jonas Grimheden, a de nouveau proposé cette option.

Pressé sur la véracité de l’article du Monde, Grimheden, dans un e-mail également lundi, a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter les détails d’éventuels cas en cours « afin d’assurer un effet de levier lorsque cela est nécessaire ».

Le commentaire fait suite au naufrage le 14 juin d’un grand bateau au large des côtes grecques qui a peut-être noyé plus de 500 personnes.

Les garde-côtes grecs ont fait l’objet d’un examen minutieux, au milieu d’accusations selon lesquelles ils auraient provoqué le naufrage en attachant une corde au navire, une accusation qu’ils démentent avec véhémence.

Les retombées ont vu quelque 104 survivants envoyés dans le camp ultra-sécurisé de Malakasa au nord d’Athènes, alors que des témoignages de complicité grecque continuent de faire surface.

Le Monde a rapporté que Grimheden avait depuis recommandé à l’agence de retirer ses opérations en Grèce.

Citant une source anonyme, il a déclaré que la question avait été discutée lors d’une réunion du conseil d’administration de Frontex qui s’est tenue les 20 et 21 juin.

Il a déclaré que Grimheden avait conseillé de déclencher l’article 46 du règlement de l’agence, une décision politiquement chargée qui n’a été utilisée qu’une seule fois.

L’article 46 donne au directeur exécutif de l’agence, Hans Leijtens, le pouvoir de suspendre les opérations en Grèce si les violations des droits fondamentaux sont susceptibles de persister.

Le porte-parole de l’agence a également refusé de commenter l’article, notant que les discussions tenues lors des réunions du conseil d’administration sont confidentielles.

Grimheden supervise des dizaines de contrôleurs chargés de veiller au respect des droits fondamentaux dans les opérations dirigées par Frontex. Ces moniteurs ne peuvent embarquer et rejoindre les navires des garde-côtes grecs que s’ils font partie d’une opération Frontex.

« Nous avons cette possibilité depuis assez récemment et commençons à l’utiliser », a-t-il déclaré.

C’est la deuxième fois que Grimheden a demandé à l’agence de déclencher l’article 46 pour la Grèce.

En février, le New York Times a déclaré que Grimheden avait recommandé à Frontex de se retirer de Grèce en raison des abus en série commis par les gardes-frontières grecs et pour avoir séparé les enfants migrants de leurs parents.

Cette recommandation a conduit à un groupe de travail Frontex, présidé par le directeur adjoint de l’agence, sur la possibilité de déclencher l’article 46.

Mais sa lente formation a également été critiquée par le forum consultatif de l’agence, composé principalement d’organisations d’aide internationales.

À la mi-mai, le New York Times a publié des preuves vidéo montrant que les garde-côtes grecs mettaient une famille de demandeurs d’asile, dont un bébé de six mois, à la dérive en mer.

Pendant ce temps, des mouvements internes à la Commission européenne semblent envisager de peaufiner et éventuellement d’affaiblir l’article 46.

Corinna Ullrich, une responsable de la commission de la division des affaires intérieures de la DG Home, a déclaré que l’article 46 « n’est pas adapté à son objectif tel qu’il est ».

« Nous pensons aussi qu’il est un peu naïf de penser que c’est une décision qui peut être prise par le directeur exécutif par lui-même », a-t-elle déclaré aux députés en avril.

Plus tôt cette année, l’agence a déclaré qu’elle comptait quelque 518 officiers et membres du personnel permanents travaillant en Grèce, à la fois sur le continent et sur les îles de la mer Égée.

Il a également déployé 11 bateaux et 30 voitures de patrouille, ainsi que d’autres équipements, aux frontières extérieures de la Grèce, a-t-il ajouté.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page