Gabriel Attal annonce l’interdiction de TikTok et le déploiement de l’armée

    Le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 15 mai l'interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie.  (Photo d'illustration)
THOMAS SAMSON / AFP Le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 15 mai l’interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie. (Photo d’illustration)

THOMAS SAMSON / AFP

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 15 mai l’interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie. (Photo d’illustration)

FRANCE – Censure du réseau social. Le Premier ministre, Gabriel Attal, a annoncé ce mercredi 15 mai l’interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie afin d’endiguer les émeutes qui secouent l’archipel depuis lundi en lien avec une réforme constitutionnelle du corps électoral contestée par les indépendantistes.

Gabriel Attal a également déclaré que des militaires seraient déployés  » sécuriser «  les ports et l’aéroport de Nouvelle-Calédonie en ouvrant une cellule interministérielle de crise au ministère de l’Intérieur, comme l’a demandé le Haut-Commissaire pour ce territoire du Pacifique Sud, Louis Le Franc.

Invitation à Matignon

Le chef du gouvernement a également assuré que l’état d’urgence, instauré sur l’archipel depuis 20 heures, heure de Paris (5 heures du matin à Nouméa), « sera déterminant pour le retour au calme ».

Parce que « la situation en Nouvelle-Calédonie est grave »il a jugé. «Depuis plusieurs jours, une flambée de violences sans précédent sévit, avec des pillages, des incendies, des violences physiques d’une ampleur rare – et trois morts parmi les habitants» à quoi s’ajoute la mort d’un gendarme, a-t-il précisé.

« Ce n’est pas acceptable, ce n’est pas admissible, rien ne pourra jamais le justifier », il a insisté. Là « priorité absolue » du gouvernement reste « le retour à l’ordre, au calme », « condition de tout dialogue »a insisté Gabriel Attal.

Cinq assignations à résidence

Il a également promis d’inviter prochainement les acteurs de Nouvelle-Calédonie à une réunion à Matignon en vue de trouver un accord politique global, après l’adoption d’une loi constitutionnelle visant à élargir le corps électoral contesté par les indépendantistes.

Ce mercredi soir, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a signé les cinq premières assignations à résidence contre des indépendantistes radicaux suite à l’entrée en vigueur de l’état d’urgence. Il s’agit de cinq personnes appartenant à la Cellule de coordination de l’action sur le terrain (CCAT), la frange la plus radicale du Front de libération kanak (FLNKS) socialiste.

Depuis lundi, la police a mené près de 70 attaques au cours des dernières 24 heures, selon le Haut-Commissaire de la République à Nouméa. Au total, « 64 gendarmes et policiers ont été blessés » Et « près de 200 émeutiers ont été arrêtés » depuis lundi, dit-il.

Voir aussi sur HuffPost :

Quitter la version mobile