Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Gestes racistes : des hockeyeurs noirs U15 persécutés


Des joueurs de hockey noirs de la région de Gatineau ont été victimes d’actions racistes, violentes et révoltantes lors de la saison 2021-2022.

C’est ce que révèle un rapport indépendant commandé par Hockey Québec, dont le quotidien La droite j’en ai reçu une copie.

L’Agence QMI a demandé à la fédération d’accéder au document de 33 pages rédigé par l’avocat Jules Bernier en décembre 2022, mais un porte-parole de Hockey Québec a refusé, précisant qu’il s’agissait d’un « rapport confidentiel ». Une demande d’entrevue avec le président Jocelyn Thibault est également restée lettre morte.

Le document fait notamment état d’un acte de violence envers un joueur des Intrépides de l’Outaouais M15 AAA. Le jeune homme noir aurait été projeté au sol et l’un de ses coéquipiers aurait appuyé son genou sur sa nuque pour l’empêcher de respirer. Il aurait été contraint de prononcer la phrase suivante : je ne peux pas respirer (NDLR. Je n’arrive pas à respirer), à sortir.

Ce geste fait référence à la mort de l’Américain George Floyd en mai 2020. Ce dernier est décédé après avoir été asphyxié par un policier dans le Minnesota. L’incident tragique a été filmé et M. Floyd est devenu un symbole du mouvement « Black Lives Matter ».

Le rapport se penche sur cette histoire sordide et sur plusieurs autres cas d’événements racistes survenus au cours de la campagne 2021-2022. Six joueurs auraient persécuté deux athlètes de l’équipe à de nombreuses reprises. L’utilisation du mot « n », des bruits de singe et des références à l’esclavage auraient été monnaie courante dans le vestiaire de l’équipe chapeautée par l’organisme à but non lucratif Midget AAA Gatineau inc.

Un manque d’équité

Les deux victimes ont quitté l’équipe et le programme sport-études, tandis que leurs six bourreaux présumés ont été temporairement suspendus.

Dans son rapport, Me Bernier aborde un « manque d’équité » entre les sanctions imposées aux auteurs présumés de gestes racistes et les conséquences subies par leurs victimes.

L’école secondaire Nicolas-Gatineau, où étudiaient les victimes, a également été pointée du doigt.

Me Bernier écrit que l’établissement « a fait très peu de suivi individuel auprès des adolescents pour savoir comment ils vivaient toute cette situation dans leur milieu scolaire » et qu’« aucun suivi n’a été fait auprès des victimes pour s’assurer, à tout le moins, , que la nouvelle école soit informée des événements.

Trois adultes visés par des plaintes

Le Comité de protection de l’intégrité (CIP) s’est également penché sur cette affaire, après que Hockey Québec a déposé des plaintes. Celles-ci visaient Alain Sanscartier (directeur des opérations et vice-président du Midget AAA Gatineau inc.), Stéphane Bertrand (entraîneur-chef des Intrépides M15 AAA) et André Cayer (directeur technique du programme sports-études).

Toujours selon la documentation obtenue par La droitela CPI a conclu que les trois individus visés par les plaintes n’étaient pas au courant du comportement des six joueurs de hockey concernés avant que leurs actes ne soient dénoncés.

Les plaintes contre MM. Sanscartier et Bertrand ont cependant été « partiellement » accueillis par le CPI. Le premier a été accusé d’être « responsable de la confusion » qui a suivi la suspension « d’agir » imposée aux six auteurs présumés des gestes et propos racistes. Le second a quant à lui été « négligent » aux yeux du CPI.

Les deux hommes doivent désormais suivre à leurs frais des ateliers de formation individuels proposés par l’organisation Sport’Aide.

Le ministre réagit

Dans la journée de vendredi, la ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air, Isabelle Charest, a réagi à cette affaire sur son compte X (anciennement Twitter).

« Complètement inacceptable », a écrit le député caquiste de Brome-Missisquoi. Profondément choqué par ce que j’ai lu. De tels actes ne devraient pas être tolérés dans un vestiaire de hockey ou ailleurs. Nous travaillons dur pour offrir à nos athlètes un environnement sain et sécuritaire.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page