Grève des producteurs français sur l’A9 qui dénoncent une concurrence déloyale

Publié


Durée de la vidéo : 2 minutes

Les producteurs français de tomates ont mené, dans la matinée du jeudi 16 mai, une action de grève à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, au péage de l'autoroute A9.  Ils protestaient contre la concurrence déloyale, selon eux, de la part des producteurs marocains.

Tomates marocaines : action en grève des producteurs français sur l’A9, qui dénoncent une concurrence déloyale
Les producteurs français de tomates ont mené, dans la matinée du jeudi 16 mai, une action de grève à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, au péage de l’autoroute A9. Ils protestaient contre la concurrence déloyale, selon eux, de la part des producteurs marocains.
(France2)

Les producteurs français de tomates ont mené, dans la matinée du jeudi 16 mai, une action de grève à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, au péage de l’autoroute A9. Ils protestaient contre la concurrence déloyale, selon eux, de la part des producteurs marocains.

Ils viennent de toute la France. Dans la matinée du jeudi 16 mai, des agriculteurs sont venus s’installer au péage de Perpignan-Sud de l’A9 (Pyrénées-Orientales), sur l’itinéraire emprunté quotidiennement par les camions de tomates transitant par l’Espagne. Les producteurs français demandent des documents d’expédition, et pour une fois, ils ne recherchent pas des produits espagnols, mais plutôt des légumes et des tomates du Maroc. « Il y a une concurrence déloyale : une main d’œuvre 15 fois moins chère qu’en France, des normes sur les pesticides et des normes en tout genre »explique un agriculteur.

Ces importations de tomates marocaines sont légales, mais elles menacent les producteurs français. Les consommateurs ne savent parfois pas d’où viennent les tomates qu’ils achètent. L’origine n’est pas toujours le premier critère de choix. Le coût de la main d’œuvre représente déjà 50 % du prix de revient des tomates françaises. Les producteurs français attendent plus de clarté sur l’origine des produits, et peut-être moins de marges des distributeurs sur la production française.

Quitter la version mobile