Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Grève du secteur public le 6 novembre | « Un premier mouvement historique »

C’est confirmé : les 420 000 salariés du Front commun syndical du secteur public seront en grève le 6 novembre.


« Le 6 novembre nous connaîtrons un premier mouvement historique. Il faut remonter une cinquantaine d’années en arrière pour que 420 000 travailleurs du secteur public manifestent ensemble en même temps», a déclaré le président de la CSQ, Éric Gingras, en conférence de presse jeudi matin.

Une grande partie des services publics sera perturbée ce jour-là, puisque le front commun rassemble environ 70 % des 600 000 fonctionnaires de l’Etat.

« Avant d’arriver à cette grève du 6 novembre, nous avons tout essayé pour tenter d’aboutir à un règlement. Samedi, cela fera un an que nous avons soumis nos demandes et à la table centrale, il n’y a absolument rien qui a changé», a déclaré Robert Comeau, président de l’APTS.

Dans les écoles primaires et secondaires, la grève aura lieu de minuit à 10h30. « Si l’employeur décide de rouvrir les écoles à 10h30, nous serons là, et s’il décide de ne pas ouvrir, ce sera leur décision», a expliqué François Enault, premier vice-président de la CSN. De leur côté, les cégeps seront fermés de minuit à midi.

Dans le réseau de la santé et des services sociaux, les salariés travailleront entre 20 et 50 % de leur temps de travail, selon leur type d’emploi et les fonctions qu’ils occupent. Les services essentiels seront maintenus.

« Est-ce que la population sera au rendez-vous ? Je l’espère. La population sera-t-elle en colère contre les fonctionnaires ? J’espère que non. Personne n’aime faire grève et personne n’aime subir les effets d’une grève. Nous en sommes très conscients», a déclaré la présidente de la FTQ, Magali Picard.

La proposition actuelle de la présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, prévoit des augmentations salariales de 9 % sur cinq ans, le versement d’un montant forfaitaire de 1 000 $ et des primes de 2,5 % pour certaines catégories de travailleurs. De son côté, le front commun syndical réclame des augmentations de salaires représentant environ 20 % sur trois ans.

Avec Hugo Pilon-Larose et Tommy Chouinard


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page