Skip to content
Guerre en Ukraine : des actifs russes dans les fonds Desjardins

Alors que la pression augmente sur les entreprises pour qu’elles coupent leurs liens avec la Russie, les institutions financières détiennent toujours des actifs d’entreprises russes dans leurs fonds communs de placement et leurs fonds négociés en bourse.

• Lisez aussi : Saignement de 2,8 milliards de dollars pour les bas de laine des Québécois

• Lisez aussi : Vues sur la guerre froide

• Lisez aussi : Ukraine : nouvelle trêve russe, Washington ne veut pas de MIG-29 polonais

Ainsi, certains des portefeuilles de Desjardins, en particulier des marchés émergents, comprennent des actions des géants russes Gazprom, Lukoil et Sberbank, selon un document de 2021.

Actuellement, Desjardins n’a voté aucune politique de désinvestissement à l’égard des entreprises dont le siège social est en Russie. La direction se dit « très sensible à la situation » et suit « de près » cette guerre.

«Depuis le tout début, Desjardins s’est conformé à la réglementation en place, y compris les sanctions économiques imposées par le gouvernement, et continuera de le faire tant qu’elle sera en vigueur», a déclaré dans un courriel envoyé au Un journal porte-parole Chantal Corbeil.

L’exposition de la coopérative au marché russe est de 0,004% de ses actifs.

BN et BMO aussi peu exposés

Du côté de la Banque nationale (BN), la direction a déjà pris la décision de réduire son exposition aux actifs sur les marchés russes en raison de l’invasion de l’Ukraine.

« Nous prenons continuellement des décisions d’investissement dans le meilleur intérêt des clients et, dans ce contexte, nous avons décidé de réduire encore plus les positions existantes », a déclaré la porte-parole Marie-Pierre Jodoin, ajoutant que ces actifs étaient déjà « extrêmement limités ».

La BN précise toutefois que les contraintes de liquidité actuelles dues au fait que plusieurs bourses mondiales ont suspendu les transactions sur ces titres « rendent peut-être plus difficile la mise en œuvre de ces décisions ».

À la Banque de Montréal (BMO), la direction affirme que ses actifs russes détenus pour le compte d’investisseurs et de porteurs de parts sont principalement dans des fonds négociés en bourse. Cependant, ils représenteraient moins de 0,01 % de l’actif total de BMO Gestion mondiale d’actifs.

Au 31 mars 2021, BMO détenait des actifs dans Sberbank et Gazprom.

« Nous continuons de surveiller l’évolution des sanctions gouvernementales et des autres mesures affectant le marché et ferons les ajustements nécessaires pour nous y conformer », a déclaré BMO.

– Avec la collaboration de Philippe Langlois

VOIR ÉGALEMENT


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.