Skip to content
Guerre en Ukraine : le bombardement russe, qui a tué 47 civils à Tchernihiv, « pourrait constituer un crime de guerre », selon Amnesty International


Il s’agit de l’un des attentats à la bombe les plus meurtriers depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, a déclaré Amnesty International dans un rapport mis en ligne mercredi 9 mars.

Le 3 mars, vers 12h15, au moins huit bombes non guidées sont tombées sur la petite place de Tchernihiv formée par les rues Vyacheslava-Tchornovola et Krouhova. « La frappe aérienne russe [qui] aurait tué 47 civils dans la ville ukrainienne de Tchernihiv pourrait constituer un crime de guerre »écrit Amnesty International, qui demande que le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) enquête.

Selon Amnesty, qui se base sur des images et des témoignages, « la majorité des victimes faisaient la queue pour acheter de la nourriture au moment de la frappe aérienne ». L’ONG ajoute que « Des vidéos vérifiées de l’attaque montrent que huit bombes ont été larguées les unes après les autres, en succession rapide et en ligne. Amnesty International n’a pas identifié d’objectif militaire légitime sur ou à proximité de cette frappe. ».

Karim Khan, le procureur de la CPI, avait annoncé la veille, le 2 mars, qu’il allait désormais ouvrir une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis en Ukraine, une décision qui fait suite à des demandes en ce sens formulées par 39 États membres de la cour située à La Haye, Pays-Bas.

Le conflit qui a éclaté le 24 février a provoqué l’une des crises humanitaires les plus graves du continent. Plus de 2 millions de personnes ont déjà fui pour se réfugier à l’étranger, principalement en Pologne, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Depuis cette date, au moins 474 civils ont été tués et 861 blessés, selon le dernier décompte de l’ONU, qui souligne que son bilan est probablement bien inférieur à la réalité.

Le Monde avec AFP




zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.