Skip to content
Guerre en Ukraine : l’Union européenne se mobilise pour accueillir les réfugiés


Les Vingt-Sept devront faire des efforts considérables pour faire face à ce que Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, décrit comme « l’exode le plus rapide que l’Europe ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale ». Mardi 8 mars, la Commission européenne a annoncé un important effort financier afin, dit-elle, de « soutenir et protéger ceux qui fuient l’agression russe, quelle que soit leur nationalité ou leur origine ». Et, si nécessaire, l’Europe fera encore plus, promet Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission, notamment en charge de la politique migratoire.

Mardi, les Nations unies ont recensé 2 011 312 réfugiés d’Ukraine, soit 276 000 de plus que la veille. Le nombre de personnes fuyant la guerre pourrait rapidement atteindre 4 à 5 millions, selon Josep Borrell, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères. En douze jours, l’UE a vu arriver autant d’exilés à ses frontières que lors de la vague de 2015-2016, souligne Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures. Lequel note que la proportion d’enfants parmi les réfugiés ukrainiens atteignait, selon les premières estimations, 50%.

La Commission propose un plan en quatre chapitres. Le premier consiste en une aide humanitaire d’urgence de 500 millions d’euros, dont une partie (85 millions pour l’Ukraine, 5 millions pour la Moldavie) a déjà été allouée à l’aide alimentaire et médicale d’urgence. Des produits de première nécessité ont également été envoyés en Ukraine et dans les pays voisins.

Faciliter la demande d’asile

Les montants prélevés sur le fonds de cohésion – destiné aux pays les moins riches de l’UE – devraient permettre des investissements dans les domaines de l’éducation, du logement, de l’emploi et de la garde d’enfants. L’initiative React-EU, décidée dans le cadre du plan de relance post-Covid et censée renforcer la cohésion des territoires, permettrait de débloquer jusqu’à 10 milliards d’euros pour le soutien aux réfugiés.

D’autres ressources, soit 420 millions d’euros du budget intérieur, pourraient être mobilisées pour aider les pays membres à organiser les procédures d’asile. La directive sur la protection temporaire, dont bénéficient les Ukrainiens et ceux qui avaient un permis de séjour de longue durée dans ce pays, offre la possibilité à ces personnes de demander l’asile dans l’Union. Du moins si la directive est appliquée partout, car certains États membres, notamment la Pologne et la Hongrie, lui préfèrent une législation nationale plus contraignante.

Il vous reste 33,85% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.