Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Haine envers les femmes | Les écrits d’un fan de Marc Lépine ont semé la peur à l’UQAM

Des trucs pour avoir commis un massacre dans une école, des appels à tuer des féministes et à incendier des universités, des montages photos de Marc Lépine armé jusqu’aux dents. Les billets du blogueur antiféministe Jean-Claude Rochefort ont semé la peur à l’UQAM en prévision des commémorations de la tuerie de Polytechnique en 2019.

Publié à 17h11

Louis-Samuel Perron

Louis-Samuel Perron
La presse

Le procès de Jean-Claude Rochefort pour incitation à la haine contre les femmes s’est ouvert lundi au palais de justice de Montréal. Selon la Couronne, l’homme de 73 ans a délibérément tenu des propos haineux envers les femmes sur son blogue à l’automne 2019 en « faisant l’éloge du massacre commis par Marc Lépine » le 6 décembre 1989. Quatorze femmes sont mortes ce jour-là.

Les écrits et montages photos déposés en preuve lundi sont particulièrement troublants. L’auteur du féminicide de masse n’est pas seulement dépeint comme un « héros et un modèle », mais comme un homme « plus grand que nature ». Dans l’un des montages, la tête de l’assassin est collée sur un homme tenant un fusil. Un policier lui dit alors : « Fais-nous une faveur Marc, tue toutes ces salopes ».

«Ils ont tous le diable en eux. NOUS NE DISONS PAS ICI, tirez sur tout ce qui bouge, nous disons SOYEZ PRÉPARÉS », a-t-il également lu.

«Plus on avançait vers le 6 décembre, plus les images étaient violentes», a témoigné lundi Serge Vincelette, technicien en sécurité publique à l’UQAM. C’est lui qui a contacté la police suite à la dénonciation d’une professeure d’études féministes à l’UQAM.

« Il parle de vengeance dans les écoles, tuant des femmes, des féministes. On vise des femmes plus cultivées, avec l’arme utilisée par Marc Lépine. On a un Marc Lépine qui dit : « OK meuf, si c’est comme tu le vois, frappe préventive » [OK, fille, si c’est ainsi que tu le vois, une attaque préventive] », a énuméré Serge Vincelette.

Dans un post, le blogueur incite même « les followers de Marc Lépine à brûler ces » lieux diaboliques [evil places]» en référence aux universités. Cette note constituait une « menace » pour l’institution ouqamienne, selon Serge Vincelette. Dans les circonstances, l’UQAM a décidé de renforcer la sécurité le jour des commémorations.

Le logo de l’UQAM a été présenté dans plusieurs billets de blogue, tout comme les visages des professeurs d’études féministes Francis Dupuis-Déri et Mélissa Blais. « Il y avait une page spécialement sur moi : insultons Francis Dupuis-Déri », a témoigné ce dernier.


Photo Robert Skinner, archives La Presse

Le professeur d’études féministes à l’UQAM, Francis Dupuis-Déri

Le professeur Uqamian a décidé de contacter la sécurité de l’Université lorsqu’il a lu que le blogueur appelait à la célébration de la « Saint-Marc-Lépine Day » à l’UQAM lors des commémorations de la tuerie de Polytechnique.

Également visée par Rochefort, la professeure de l’UQAM Mélissa Blais y voit un «mélange de misogynie, de haine des femmes et d’antiféminisme». Elle se souvient avoir lu sur le blog une « recette sur comment mener une attaque dans les écoles », a-t-elle expliqué.

À l’automne 2019, Mélissa Blais a participé à la coordination d’événements commémoratifs à Polytechnique. Les commémorations devaient se dérouler avec « beaucoup de sécurité ». Son groupe de femmes a préféré souligner l’événement dans une librairie, loin des grands rassemblements.

60 000 lecteurs

Lors de sa déposition à l’enquête de libération – déposée en preuve lundi – Jean-Claude Rochefort n’a pas caché être l’auteur des publications. Populaire parmi les incels, son blog a été lu par près de 60 000 personnes dans le monde, selon l’adorateur de Marc Lépine.

Dans une requête en récusation déposée lundi, la défense donne un aperçu de l’éventuelle défense de Jean-Claude Rochefort : son blog viserait les « féministes » et non les femmes en général, comme le stipule l’accusation.

« Les commentaires dans les blogs nomment, au sens littéral, des féministes plutôt que des femmes. L’auteur précise même que pour lui, il y a une grande différence entre les femmes et les féministes. […] L’intention réelle est-elle de cibler les femmes en général ? Cibler les féministes est-il la même chose que cibler les femmes ?e Rodolphe Bourgeois. Il reproche au juge d’avoir affirmé que les blogs parlaient « des femmes en général ».

Le juge Pierre Labrie a cependant refusé de se retirer. La défense a estimé que le juge était incompétent pour poursuivre le procès après avoir conclu que l’accusé avait menti la semaine dernière sur les raisons pour lesquelles il n’avait pas assisté à la sélection du jury. Le juge Labrie a également retiré son droit à un procès devant jury.

Le procès se poursuit mardi.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page