Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Henri Lopes, écrivain et homme politique congolais, est décédé à l’âge de 86 ans

Ancien Premier ministre du Congo et ancien directeur Afrique de l’UNESCO, l’auteur congolais a écrit l’histoire contemporaine de son continent. Alain Mabackou a salué une plume « traversée » notamment par « une ironie caustique » et « son introspection des mœurs congolaises ».

Considéré comme l’un des écrivains de talent qui ont fait du Congo « le quartier latin de l’Afrique centrale », l’ancien Premier ministre congolais Henri Lopes est décédé jeudi 2 novembre en France, à l’âge de 86 ans, a annoncé sa famille vendredi à Brazzaville dans un communiqué. « Henri est décédé jeudi 2 novembre à l’hôpital Foch de Suresnes (près de Paris), emporté par la maladie. » précise-t-elle.

Homme libre d’esprit qui a écrit l’histoire contemporaine de l’Afrique, il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment des romans : Les pleurs-riantsconsidéré comme son chef-d’œuvre, Ma grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois,Sannées tam-tam ou c’est déjà demain.

« Un des écrivains francophones illustres »

« Nous avons tous admiré son écriture empreinte d’ironie caustique, son humour fin et son introspection sur les mœurs congolaises », a écrit son compatriote sur X (anciennement Twitter), l’écrivain Alain Mabanckou, rendant hommage à « l’un des illustres écrivains francophones »« (UN) aîné, (UN) ami et frère des Lettres !

« Perte immense pour la Francophonie »souligne sur le même réseau social Olivier Zegna Rata, ancien directeur de cabinet d’Hervé Bourges au Conseil supérieur de l’audiovisuel. « Nous laisse Henri Lopes, un diplomate lucide et élégant, un écrivain illustrant le génie de notre langue, un esprit généreux et honnête qui a fait honneur au Congo ! Honneur et respect à un contemporain capital !

« Dire des choses qui n’ont pas été dites »

Henri Lopes est né en 1937 à Kinshasa (à l’époque Léopoldville, dans l’ancien Congo belge, actuelle République démocratique du Congo), d’un père portugais et d’une mère originaire des Plateaux, au centre du Congo-Brazzaville. Après ses études à Brazzaville, Bangui, Nantes (ouest de la France) et Paris, il a enseigné l’histoire à l’Ecole Normale Supérieure d’Afrique Centrale de Brazzaville, aujourd’hui Université Marien Ngouabi.

Entré ensuite en politique, il fut Premier ministre du président Marien Ngouabi, sous le régime marxiste-léniniste, entre 1973 et 1975. Dans les années 1980 et 1990, il travaille à l’UNESCO comme directeur adjoint pour l’Afrique, avant d’être nommé ambassadeur du Congo en France en 1998, poste qu’il a occupé pendant 17 ans.

« Il y a des choses que je dois dire qui n’ont pas été dites. », a-t-il confié à RFI, expliquant à quel point il avait été attiré par l’écriture. Il publie son premier ouvrage, Tribales en 1971, un recueil de huit nouvelles qui a remporté le Grand Prix Littéraire de l’Afrique Noire.

Ecrire pour Henri Lopes, c’était aussi l’occasion de se pencher sur ses métissages, « un crève-cœur » dans lequel grâce à « un travail » sur lui-même il finit par trouver « un enrichissement ». Ces dernières années, il parlait de la mort, « une question très proche » au vu de son « grand âge ». « On se demande en passant, quelle tête on va faire », conclut-il avec philosophie.



grb2 FR

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page