Skip to content
Hugh McElhenny, demi-arrière insaisissable du Temple de la renommée, est mort à 93 ans


Hugh McElhenny, un demi-arrière du Temple de la renommée connu sous le nom de King pour ses prouesses palpitantes dans le monde du football des années 1950, d’abord avec l’Université de Washington, puis avec les 49ers de San Francisco, est décédé le 17 juin à son à Henderson, Nevada. Il avait 93 ans.

Sa fille Karen Lynn McElhenny a confirmé le décès jeudi mais n’a pas précisé de cause. Le Pro Football Hall of Fame a également annoncé le décès jeudi.

McElhenny était une figure éblouissante sur le terrain, se tordant et tournant alors qu’il échappait aux défenseurs frustrés lors de ses ébats détournés vers la zone des buts.

« Hugh McElhenny était le meilleur coureur de plein champ que vous ne verrez jamais », a déclaré un jour son coéquipier Joe Perry, l’arrière des 49ers au Temple de la renommée.

« Je courais mieux au milieu, et Hugh était un excellent coureur extérieur qui zigzaguait et zigzaguait partout », a déclaré Perry, l’une des premières stars noires du football professionnel, cité par Andy Piascik dans « Gridiron Gauntlet » ( 2009), une histoire orale des pionniers raciaux du jeu. « Parfois, il zigzaguait et zagait tellement que le même gars le manquait deux fois dans la même course. »

McElhenny a été élu au Pro Football Hall of Fame en 1970 et au College Football Hall of Fame en 1981. Il a également été nommé dans l’équipe de la NFL pour les années 1950.

À 6 pieds 1 pouce et environ 200 livres, il a établi une foule de records de course pour les Huskies de Washington, de la Pacific Coast Conference. En tant que junior, il a couru 296 verges et a marqué cinq touchés lors d’une victoire contre l’État de Washington. En tant que senior, en 1951, il a couru un botté de dégagement de 100 mètres contre la Californie du Sud. Il était un All-American pour une équipe qui n’a remporté que trois matchs cette saison-là.

Par son récit, il était bien payé pour ses exploits collégiaux. Dans une interview avec The Seattle Post-Intelligencer en 2004, il a déclaré qu’en jouant pour Washington, il avait régulièrement reçu des paiements en espèces et d’autres avantages inappropriés d’anciens élèves et de boosters d’équipe totalisant près de 10000 $ par an (environ 115000 $ en argent d’aujourd’hui).

« Je sais qu’il était illégal pour moi de recevoir de l’argent, et chaque mois, je recevais de l’argent », a-t-il déclaré. « Je sais qu’il était illégal de recevoir des vêtements et j’en achetais tout le temps dans les magasins. Je recevais un chèque tous les mois, et il n’était jamais signé par la même personne, donc nous ne savions jamais vraiment de qui il provenait. Ils ont investi en moi chaque année. J’étais une star de cinéma là-bas.

Les 49ers ont sélectionné McElhenny comme choix de première ronde et l’ont signé pour un contrat de 7 000 $, ce qui signifiait qu’il recevait une réduction de salaire pour jouer au football professionnel.

McElhenny a déclaré qu’il avait obtenu son surnom, le roi, du quart-arrière de 49 pouces Frankie Albert après avoir repoussé un botté de dégagement pour un touché de 94 verges contre les Bears de Chicago lors de son quatrième match professionnel.

« Albert m’a donné le ballon de jeu et a dit: » Tu es maintenant le roi «  », se souvient-il dans le livre de Joseph Hession « Forty Niners: Looking Back » (1985). (Le College Football Hall of Fame l’a comparé à une autre célébrité connue sous le nom de King, affirmant que McElhenny était « au football professionnel dans les années 1950 et au début des années 1960 ce qu’Elvis Presley était au rock and roll ».)

McElhenny était la recrue de l’année de la NFL en 1952, avec une moyenne de sept verges par course. Deux ans plus tard, alors qu’il faisait en moyenne huit verges par course, le successeur d’Albert au quart-arrière, YA Tittle, et trois autres – McElhenny et John Henry Johnson au demi-arrière et Perry au centre-arrière – ont été collectivement surnommés le Million Dollar Backfield pour leur puissance offensive. Tous les quatre ont finalement été élus au Temple de la renommée.

McElhenny a joué dans six Pro Bowls, a été deux fois All-Pro de la première équipe et a amassé 11 375 verges au total – courir, attraper des passes et renvoyer des bottés de dégagement, des coups d’envoi et des échappés – au cours de ses 13 années dans la NFL: neuf avec les 49ers, deux avec le Minnesota Vikings, la saison 1963 avec les Giants et une dernière année avec les Detroit Lions.

Hugh Edward McElhenny Jr. est né le 31 juillet 1928 à Los Angeles de Hugh et Pearl McElhenny. Il était une star du football et des haies au lycée, puis a joué une saison au Compton Junior College dans la région de Los Angeles.

Il est devenu une célébrité du football à Washington, bien que les Huskies n’aient jamais participé à un match de bowling au cours de ses trois années là-bas. Les paiements qu’il a reconnu avoir reçus faisaient partie d’un vaste scandale qui a conduit la Conférence de la côte du Pacifique à pénaliser Washington en 1956, ainsi que l’Université de Californie du Sud, UCLA et l’Université de Californie à Berkeley, pour des paiements illégaux passés aux athlètes par des supporters.

Après son passage avec les 49ers et son passage avec les Vikings, McElhenny a retrouvé Tittle, qui avait été échangé aux Giants par les 49ers en 1961. Tittle a emmené les Giants à un match de championnat de la NFL pour la troisième fois consécutive en 1963 – un défaite contre les Bears de Chicago – mais McElhenny, après une opération au genou, n’a gagné que 175 verges cette année-là et a ensuite été libéré.

Il a ensuite fait partie d’un groupe d’investissement qui a fait une offre infructueuse pour obtenir une franchise d’expansion de la NFL pour Seattle, l’équipe qui a commencé à jouer avec les Seahawks en 1976.

En plus de sa fille Karen, McElhenny laisse dans le deuil une autre fille, Susan Ann Hemenway; une soeur, Beverly Palmer; quatre petits-enfants; et huit arrière-petits-enfants. Sa femme, Peggy McElhenny, est décédée en 2019.

Au printemps 1965, Frank Gifford, le rival collégial de McElhenny lorsqu’il jouait pour l’USC et plus tard son coéquipier des Giants, organisa une fête de retraite pour lui et narra des extraits de films des escapades spectaculaires de McElhenny, y compris peut-être sa plus célèbre : le botté de dégagement de 100 verges. retour pour Washington contre l’USC

McElhenny avait ignoré les supplications de son entraîneur pour qu’il laisse le football entrer dans la zone des buts pour un touché, donnant à Washington le ballon sur la ligne des 20 mètres.

« Notre entraîneur, Howie Odell, courait le long de la ligne de touche en criant : ‘Laisse tomber, laisse tomber !' », a-t-il déclaré au Seattle Times. « Tout d’un coup, il a arrêté de crier. C’était un jeu stupide de ma part, mais ça a marché.

McElhenny a dit un jour que son style de course n’était pas quelque chose qu’on lui avait appris. « C’est juste un don de Dieu », a-t-il dit. « J’ai fait les choses par instinct. »

Maia Coleman a contribué au reportage.


sports En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.