IAM investit le stade Vélodrome de Marseille pour un concert événement en juin 2025

IAM rejoint la liste des rappeurs citadins qui ont transformé le Vélodrome en scène de concert, comme SCH, qui s’est produit en juillet 2023 devant 53 400 fans et Jul, qui s’y est produit en 2022 et vient d’annoncer un nouveau concert en mai 2025.

France Télévisions – Culture Edito

Publié


Temps de lecture : 2 minutes

Le groupe français IAM (Akhenaton, Shurik'n, ​​​​Kheops, Imhotep, Kephren, Freeman) en concert au festival

« Un grand rêve dans une grande boîte » pour IAM : les gladiateurs du rap marseillais se rassembleront pour un concert événement le 28 juin 2025 dans une arène à leur taille, le stade Vélodrome, une première dans leur carrière.

Et ne leur dites pas que cette affiche représente la rencontre de deux monuments de la ville marseillaise. « Monument, c’est un peu figé, ce n’est pas nous… »sourit Shurik’n, ​​rencontré par l’AFP aux côtés des autres piliers, Akhénaton et Khéops, avant un concert à L’Olympia de Paris début mars.

« C’est grisant » » souffle l’autre MC et leader Akhenaton. « Qu’est-ce qu’on a dit ? Ah oui, un grand rêve dans une grande boîte », rigole Kheops, DJ. « On nous demande régulièrement – ​​quand est-ce que tu fais le Vélodrome ? – que cela vienne des supporters marseillais ou d’ailleurs », développe Akhénaton. « Nous l’avons reporté à plusieurs reprises, avons hésité à le faire, maintenant c’est le bon timing, c’est logique », il continue. « Pour nous, c’est une étape nécessaire » prend en charge Shurik’n. Une évidence, avec un premier album intitulé « …De la planète Mars » (1991), qu’ils font ressembler au « planète Marseille ».

« Une communion »

« Le Vélodrome, c’est un défi mais c’est bien, on aime ça, on n’est pas du genre, on aura deux heures, mets le réveil », » rit Shurik’n.

« On est toujours entré sur scène avec de la pression, dans les petites salles, on y va à la baïonnette, le côté arène, il est toujours présent chez nous », Akhénaton est d’accord. Leur dernier album, sorti début février, HH History (pour l’histoire du hip-hop), regorge de titres où les quinquagénaires libèrent leur esprit de compétition. J’aime la chanson « Le deuxième est le premier des perdants.

Pour l’épopée du stade de football de l’OM, ​​le groupe pensera à son spectacle en « En termes d’images, de peintures, c’est comme le travail d’un réalisateur » Shurik’n avance. « On aura envie de tout faire, même du clonage, Jean-Luc Mélenchon l’a bien fait, pourquoi pas nous ? » Lance, écolier, Akhenaton, en référence aux hologrammes utilisés pour ses meetings par le leader de LFI lors de la campagne de la dernière présidentielle.

« Dans le stade, il faut que ce soit une fête et une communion » » continue-t-il plus sérieusement. On comprend entre les lignes que le groupe alignera sans sourciller ses plus gros hits, comme « Je danse la mia », ce qu’il fait rarement. A l’Olympia, IAM a résonné »Feu », un hit qui avait longtemps été laissé en dehors de sa set list. Avec Kheops, il faut s’attendre à l’orthodoxie des pionniers du hip-hop : un DJ qui ne se contente pas de lancer des boucles mais « gratter » toujours à ses platines.

Interrogé sur ses souvenirs du Vélodrome, il se tourne vers Akhenaton pour évoquer leur adolescence de supporters du club dans ce stade. « On est arrivé à 15h, pour un match à 20h, pour être bien placé et on a eu le soleil plein la figure toute l’après-midi (rires).»