Iga Swiatek, impitoyable face à Coco Gauff, se qualifie pour une quatrième finale

En demi-finale, les Polonais ont balayé l’Américain en deux sets jeudi (6-2, 6-4). En finale, elle affrontera soit la surprise italienne Jasmine Paolini, soit la Russe Mirra Andreeva, 17 ans, qui s’affronteront dans l’autre demi-finale.

France Télévisions – Éditorial Sport

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 3 minutes

Iga Swiatek lors de sa demi-finale contre Cori Gauff à Roland-Garros, le 6 juin 2024. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Même pour Coco Gauff, n°3 mondiale, la marche était bien trop haute face à Iga Swiatek. Le Polonais a balayé l’Américain en deux sets en demi-finale, jeudi 6 juin (6-2, 6-4). Elle rejoint la finale de Roland-Garros pour la 4e fois lors des cinq dernières éditions, où elle n’a jamais perdu à ce stade. Ce sera soit contre Jasmine Paolini, 15e mondiale et invitée surprise du dernier carré, soit contre la jeune Russe de 17 ans, Mirra Andreeva.

Avant le match, tout plaidait en faveur de la n°1 mondiale : elle n’a plus perdu ici depuis le quart de finale de 2021, elle menait 10-1 dans leurs confrontations et a toujours battu l’Américaine de 20 ans porte d’Auteuil. (en finale en 2022 et en quarts en 2023).

Le public l’a bien compris sur Central Court. « Allez Coco, ce n’est pas fini !, on entendait les travées descendre après le… premier point, signe que le défi était immense. La Floridienne a presque toujours été dépassée par la puissance de la Polonaise, qui l’a attaquée dès les premiers points, prenant le ballon toujours si tôt pour l’empêcher de respirer.

Dès le premier jeu du match, Iga Swiatek impose sa puissance à Coco Gauff.  Au terme d'un long échange, elle a conclu d'un revers sur toute la ligne pour obtenir les deux premières balles de break du match.

1/2 finale : un Swiatek impressionnant dans l’échange place Gauff très loin du ballon
Dès le premier jeu du match, Iga Swiatek impose sa puissance à Coco Gauff. Au terme d’un long échange, elle a conclu d’un revers sur toute la ligne pour obtenir les deux premières balles de break du match.

Un break d’entrée, beaucoup trop d’erreurs du Floridien et une impression de rouleau compresseur du Polonais : le premier set s’est déroulé en 38 minutes (6-2), avec seulement deux balles de break obtenues par Coco Gauff (0/2). L’Américaine, dont le plan de jeu était d’attaquer la double tenante du titre au retour, a commis beaucoup trop d’erreurs (39 fautes directes à 14) et au service (quatre doubles fautes) pour espérer la bousculer.

Avec sa casquette vissée sur la tête, la Polonaise semblait presque toujours en contrôle. Elle n’a subi qu’une seule alerte : lorsqu’elle a été breakée à 2-1 dans le deuxième set, juste après que Gauff ait essuyé quelques larmes suite à un échange houleux avec l’arbitre.

Un break aussitôt annulé, avant de rouler vers la victoire. Depuis sa victoire mémorable face à Naomi Osaka au deuxième tour, Iga Swiatek n’a perdu que 14 matchs en quatre matches. « Quelque chose a changé, je dirais que je suis meilleur sur le terrain. Ce n’est pas toujours facile, l’ambiance est très différente des autres tournois. Après ce match, la météo a changé aussi et cela a été en faveur de mon jeu »» a confirmé le joueur vainqueur.

Avec une quatrième finale en cinq ans Porte d’Auteuil, Iga Swiatek rejoint un cercle fermé, composé de Chris Evert (entre 1983 et 1986), Martina Navratilova (entre 1984 et 1987), Steffi Graf (entre 1992 et 1996) et Justine Hénin (entre 2003 et 2007). La n°1 mondiale atteint 20 victoires d’affilée à Roland-Garros depuis sa dernière défaite en 2021, et même 57 victoires sur terre battue (pour quatre défaites) au total depuis cette date.

Que ce soit pour Jasmine Paolini, qui a découvert la deuxième semaine du Grand Chelem cette année à 28 ans, ou pour Mirra Andreeva, 17 ans et 38e mondiale, la marche sera encore plus haute. Trop haut face à cette Iga Swiatek, qui a fait de Roland-Garros son jardin et y vise un quatrième titre à seulement 23 ans ?

Quitter la version mobile