Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Il est temps d’exécuter – POLITICO


Pour parvenir à une réduction des émissions de 55 % d’ici 2030, la part de l’électricité dans la consommation finale d’énergie doit passer de 23 % aujourd’hui à environ 35 % dans les six prochaines années. Outre l’électrification directe, l’adoption d’hydrogène renouvelable et à faible teneur en carbone est impérative pour décarboner les secteurs industriels et des transports difficiles à réduire. Cependant, seuls quelques projets ont atteint la décision finale d’investissement depuis la stratégie européenne sur l’hydrogène 2020. Il est impératif de lancer rapidement les premiers projets de production d’hydrogène. Pour y parvenir, il faut un cadre réglementaire européen rationalisé et des procédures accélérées pour les régimes de soutien.

Christelle Rouillé, PDG d’Hynamics | via EDF/Hynamics

La Semaine de l’hydrogène à Bruxelles, qui s’est déroulée fin novembre, a mis en valeur le rôle central de ce produit chimique dans la décarbonisation des industries et la refonte de la mobilité lourde. Au milieu des discussions sur l’hydrogène renouvelable et à faible teneur en carbone, des défis sont apparus, la lenteur de la mise en œuvre de la réglementation entravant les projets. La revue mondiale de l’hydrogène 2023 de l’Agence internationale de l’énergie a souligné de toute urgence la nécessité d’une action rapide. Dans cet article, nous distillons les informations clés de la Semaine de l’hydrogène, en parcourant les obstacles et les stratégies cruciaux pour réaliser le potentiel de l’hydrogène dans notre avenir durable.

L’hydrogène, en particulier issu de sources renouvelables et à faible teneur en carbone, joue un rôle central dans la décarbonation des industries difficiles et de la mobilité lourde.

La production d’hydrogène par électrolyse de l’eau, dont les seules émissions de gaz à effet de serre sont liées à l’électricité utilisée, suscite de plus en plus d’attention en Europe. L’hydrogène, en particulier issu de sources renouvelables et à faible teneur en carbone, joue un rôle central dans la décarbonation des industries difficiles et de la mobilité lourde. Son adaptabilité dans divers secteurs en fait la pierre angulaire de la réalisation d’un avenir neutre en carbone. La consommation industrielle mondiale d’hydrogène fossile contribue à près d’un milliard de tonnes d’émissions de CO2 par an, l’UE représentant entre 70 et 100 millions de tonnes. En outre, l’hydrogène sous forme de carburant synthétique offre une solution cruciale pour atténuer l’impact environnemental des secteurs de transport difficiles à réduire comme le maritime et l’aviation.

L’UE a le potentiel de jouer un rôle de leader dans cette industrie stratégique, en renforçant sa base industrielle tout en contribuant à la transition énergétique et à la souveraineté.

Hynamics, la filiale hydrogène renouvelable et bas carbone du groupe EDF, salue la reconnaissance du rôle de l’hydrogène dans le paquet Fit for 55 de l’UE, visant à décarboner l’économie européenne. L’UE a le potentiel de jouer un rôle de leader dans cette industrie stratégique, en renforçant sa base industrielle tout en contribuant à la transition énergétique et à la souveraineté. Malgré une base technologique solide et des acteurs industriels pionniers, de nombreux projets d’hydrogène sont confrontés à des défis, conduisant à l’abandon de projets et à l’échec des décisions d’investissement finales.

Un obstacle majeur réside dans le niveau d’incertitude toujours élevé. La récente revue mondiale de l’hydrogène 2023 de l’Agence internationale de l’énergie révèle que seuls 4 % des projets de production d’hydrogène annoncés qui devraient être achevés d’ici 2030 ont pris une décision finale d’investissement. L’Europe, malgré son leadership en matière de stratégies hydrogène et ses objectifs ambitieux, est aux prises avec des incertitudes réglementaires et la lenteur de la mise en œuvre des programmes de soutien public, ce qui entrave la réalisation des projets.

L’Europe, malgré son leadership en matière de stratégies hydrogène et ses objectifs ambitieux, est aux prises avec des incertitudes réglementaires et la lenteur de la mise en œuvre des programmes de soutien public, ce qui entrave la réalisation des projets.

L’hydrogène renouvelable et bas carbone est confronté à des défis de compétitivité par rapport à l’hydrogène fossile, avec une augmentation de 40 % des coûts d’investissement au cours des deux dernières années et une exposition à des prix de l’électricité plus élevés. L’approvisionnement complexe en électricité renouvelable, en particulier dans des pays comme l’Allemagne, ajoute de la complexité et des coûts. Les subventions publiques sont indispensables à la viabilité des projets à court et moyen terme. Le lancement de la Banque européenne de l’hydrogène est une étape positive, mais le budget alloué est en deçà des objectifs de l’UE. Permettre aux projets de combiner différents régimes de soutien pendant une période définie pourrait relancer efficacement le marché.

En outre, des signaux flous ont un impact à la fois sur les développeurs de projets et sur les utilisateurs d’hydrogène, affectant ainsi la demande d’hydrogène propre à long terme. Les contextes géopolitiques et économiques, illustrés par la guerre en Ukraine et l’inflation, ont perturbé les coûts d’investissement. Les changements au niveau national, comme la contraction drastique des prix des quotas de réduction des gaz à effet de serre en Allemagne, déstabilisent les analyses de rentabilisation. Ces instabilités politiques mettent en évidence l’équilibre délicat entre les ambitions de décarbonation et la protection des domaines économiques traditionnels, rendant incertaine la voie vers les objectifs européens.

Le manque de clarté dans la réglementation des critères de durabilité pour la production d’hydrogène aggrave la situation. La finalisation du cadre réglementaire européen est attendue depuis longtemps, et l’adoption d’une approche pragmatique, comme on l’a vu au Royaume-Uni, peut fournir des réglementations claires et stables. Cette approche s’appuie sur l’intensité carbone de l’hydrogène, permettant un cadre réglementaire plus efficace.

À mesure que la concurrence internationale s’intensifie, le leadership européen dans les technologies de l’hydrogène propre est menacé. Les fabricants chinois d’électrolyseurs, poussés par une stratégie axée sur les coûts, pourraient faire une entrée rapide sur le marché européen. Aux États-Unis, l’Inflation Reduction Act fait allusion à des subventions importantes pour développer l’industrie de l’hydrogène propre. La course pour maîtriser l’ensemble de la chaîne de valeur de l’hydrogène propre s’intensifie, les premiers utilisateurs acquérant un avantage concurrentiel. La complexité de l’électrolyse à l’échelle industrielle nécessite des fournisseurs efficaces et fiables, ce qui souligne l’importance de lancer rapidement les premiers projets pilotes industriels.

Malgré ces défis, l’Europe est leader en matière de brevets sur l’hydrogène propre. Les efforts visant à décarboner le mix électrique européen peuvent donner accès à moyen terme à une électricité compétitive, renouvelable et à faible émission de carbone, facilitant ainsi une production substantielle d’hydrogène pour répondre à la demande industrielle. Des acteurs clés, dont Hynamics et le groupe EDF, se tiennent prêts avec des projets matures en attente de la finalisation du cadre réglementaire et de l’engagement des financements publics annoncés. Ils visent à contribuer à l’émergence de cette chaîne de valeur stratégique, alignée sur les objectifs climatiques et favorisant l’indépendance énergétique.

Politc

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page