«Il veut marquer les esprits», après son hoquet, comment Doumbé rêve de raviver la flamme

DÉCRYPTION – Après l’épineuse déception lors de son choc contre Baki au PFL Paris, le combattant enfile les gants pour redorer son blason auprès des fans. Cinq questions et réponses sur son combat.

Deux mois se sont écoulés et tout a changé. Le 7 mars, lors de la deuxième épreuve du PFL à Paris, Cédric Doumbé a rempli une Accor Arena de 20 000 supporters en seulement 20 minutes pour le voir affronter Baysangur « Baki » Chamsoudinov après une large médiatisation du sport. Ce vendredi 17 mai, le combattant franco-camerounais rentre à nouveau dans la cage de Bercy, cette fois au Bellator – une organisation rachetée par le PFL – mais l’enthousiasme des supporters semble s’être dégradé. Cinq questions/réponses pour savoir pourquoi il ne faut pas rater le retour de Cédric Doumbé.

Pourquoi avons-nous moins entendu parler de ce combat ?

Symbole d’un battage autour de Cédric Doumbé en berne depuis son dernier combat, l’Accor Arena a eu du mal à se remplir, laissant des places au tarif le plus abordable jusqu’à la dernière minute (50 €). L’heure de la frénésie médiatique autour du Franco-Camerounais semble loin. La faute à un éclat coincé dans son orteil, qui a précipité la fin de l’affrontement contre Baki et suscité de nombreuses critiques à l’encontre du forainà commencer par les huées des fans présents le 7 mars.

Critiques de Baki ensuite.  » Si j’avais une écharde, personne ne l’aurait su », a assuré Baysangur Chamsoudinov en conférence de presse. Mais aussi des attaques du programmeur du PFL Dan Hardy, qui couve pourtant le Français comme une poule aux œufs d’or.  » La salle était pleine, tout le monde était là pour regarder ce combat, c’était un duel à gros enjeux… J’aurais tout fait pour rester dans la cage. Rien ! », a-t-il déploré.

Face à cela, Cédric Doumbé est moins apparu sur les réseaux.  » Nous avons préféré rester discretsadmet son manager David Foucher Le Figaro. La conclusion du combat précédent n’incite pas aux troubles. Ne vous inquiétez pas, après sa victoire Cédric reviendra comme il sait le faire. » En revanche, moins de trash talk, il y a moins d’attente autour du combat. Et s’il est moins attendu par les fans, le combat ne bénéficie que d’une promotion à moindre échelle.

Quels sont ses objectifs ?

Si Cédric Doumbé se bat ce vendredi, deux mois et dix jours seulement après sa défaite face à Baki, c’est qu’il est prêt à entamer sa rédemption auprès du public français.  » Il veut faire bonne impression. On n’a eu qu’un mois de préparation, ce qui n’est pas optimal mais Cédric sera prêt, promet David Foucher. Nous avons un sport où l’enthousiasme et la légitimité varient en fonction des résultats. En gagnant son combat vendredi, les fans reprendront le train (expression utilisée par Doumbé pour évoquer l’enthousiasme des fans). »

Une victoire pourrait aussi permettre à Cédric Doumbé d’apporter une légitimité à son nom dans le monde du MMA. Malgré son statut de superstar du kickboxing, le Français n’a combattu que six fois en cage. Un facteur qui limite son aura auprès des combattants, qui peuvent prétendre aux titres mondiaux PFL et Bellator.  » Ce mec ose Dis mon nom» s’est moqué X, le combattant invaincu du Daghestan, star du PFL. Ce n’est pas à 19 heurese poids welter mondial pour l’attendre. » Magomed Umalatov est même allé jusqu’à déguiser Cédric Doumbé avec une perruque et un nez de clown pour rabaisser le Français.

Que vaut Jaleel Willis, l’adversaire de Doumbé ?

Face à Cédric Doumbé se trouve un combattant qui connaît le MMA depuis l’âge de 20 ans et est devenu pro en 2014 à l’âge de 22 ans. L’Américain Jaleel Willis est un combattant intéressant, très à l’aise avec son poing et habile dans les phases de lutte, même si il l’a peu démontré lors de ses précédents combats. Un combattant expérimenté et complet, à tel point qu’il est considéré comme le favori des Américains.  » Jaleel Willis va faire tomber Cédric Doumbé car ce dernier manque d’expertise en MMAparions Chael Sonnen, ancien combattant de l’UFC désormais commentateur du Bellator au micro de l’organisation. Jaleel est un vétéran par rapport à lui, c’est pour cela que le combat du 17 va être si facile pour lui. »


Il ne fera pas comme mon dernier adversaire (Baki) en essayant de m’éviter ou simplement de me mettre au sol. Il va venir se battre

Cédric Doumbé

L’expérience de Jaleel Willis est pleinement reconnue par le clan de Cédric Doumbé, qui avoue attendre de l’Américain qu’il tente de cibler les points faibles du Français.  » On pense que Cédric est meilleur mais il ne faut pas sous-estimer Willistempère le manager du combattant. Avec les adversaires de Cédric, c’est toujours la même histoire. Tout le monde veut le mettre au sol car tout le monde connaît la force de ses poings. »

Qui est le favori ?

Pourtant, bien qu’intéressant, les bookmakers accordent unanimement le statut de favori à Cédric Doumbé. Pour cause, son adversaire est un spécialiste des combats debout, secteur où excelle le Franco-Camerounais, septuple détenteur de la ceinture de champion du monde de kickboxing de la plus prestigieuse organisation du monde : Glory. La forme actuelle est également en faveur de Doumbé. Jaleel Willis compte trois défaites lors de ses quatre derniers combats, dont deux par soumission.

Si l’Américain a démontré qu’il était capable d’imposer du volume physique dans les combats au corps à corps, Cédric Doumbé a prouvé face à Baki – ancien spécialiste du judoka au sol – qu’il savait défendre efficacement ces phases.  » Son combat m’a surpris », a même concédé Baki le 7 mars en conférence de presse.  » J’adorerais voir Cédric soumettre Willis vendredi. Comme d’habitude, il ne va pas se précipiter. Tout dépend de l’adversaire. S’il se bat, les ouvertures viendront moins vite. Je pense que nous verrons le huitième de finale au deuxième tour », parie David Foucher.

Quelle suite pour Cédric Doumbé, en cas de victoire ?

Cédric Doumbé a prévenu Jaleel Willis : assumer son statut nécessite un KO vendredi. «  Il peut visiter Paris avant le combata provoqué Doumbé lors du point presse. Après le combat, il se rendra à l’hôpital de Paris. » Battre Jaleel Willis avec style ferait même partie d’un plan plus ambitieux que le natif de Douala a expliqué en détail pour Bellator. Après Willis, viendra le tour d’Anthony Pettis, ancien combattant de l’UFC désormais sous contrat avec la PFL, qui sera présent à Bercy pour voir son futur adversaire en action.  » Nous y allons étape par étape. Willis d’abord, puis Anthony Pettis obtiendront ce qu’il mérite », ironise David Foucher.

 » Le plan est simple. Tout s’est mal passé en France, ce que nous avons fait, même si tout ne s’est pas passé comme prévu. Puis avoir un adversaire international, un autre avec un palmarès pour enfin accéder à la ceinture », assume David Foucher. Après Pettis, ce serait donc au tour de Jason Jackson, champion des poids welters Bellator, de décrocher la ceinture.  » Je défendrai ma ceinture contre Magomed Umalatov et l’assommerai », avance Cédric Doumbé au micro du Bellator. Or, ce plan ambitieux n’est qu’en cas de victoire impérative et si possible avec brio, ce vendredi, devant un public qui n’attend que le début de sa rédemption.

Quitter la version mobile