Skip to content
Immigrés |  Québec a déjà tous les pouvoirs nécessaires, dit Justin Trudeau

(Ottawa) Le Premier ministre Justin Trudeau affirme que le Québec dispose déjà de tous les outils d’immigration dont il a besoin pour choisir la grande majorité des immigrants qui arrivent sur son territoire.

Publié à 11h23
Mis à jour à 15h09

Immigrés |  Québec a déjà tous les pouvoirs nécessaires, dit Justin Trudeau

Joël-Denis Bellavance
La presse

M. Trudeau tente ainsi de couper court à toute forme de négociation visant à transférer de nouveaux pouvoirs au Québec en matière d’immigration, comme l’a mentionné le premier ministre du Québec François Legault lors de la campagne électorale comme moyen d’inverser le déclin du français dans la province.

M. Trudeau a également déclaré que de nombreux chefs d’entreprise québécois lui ont fait part de la grave pénurie de main-d’œuvre qui touche la province et que l’immigration est un élément important de la solution à ce problème.

« En matière d’immigration, le Québec a déjà tous les outils s’il veut avoir plus d’immigrants francophones, s’il veut accepter plus d’immigrants », a déclaré M. Trudeau, en réponse à une question du chef. du Bloc québécois Yves-François Blanchet à la Chambre des communes.

« Ils ont tous les outils et nous serons heureux de travailler avec lui pour nous assurer de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre, d’aider les communautés à grandir et de protéger le français en même temps », a-t-il ajouté dans le même souffle.

M. Blanchet a rétorqué que M. Trudeau ne pouvait pas rejeter du revers de la main la demande d’un premier ministre qui a obtenu lundi un mandat fort des électeurs québécois.

«A-t-il pensé à en discuter avec un premier ministre qui détient environ les trois quarts des sièges au Québec plutôt que de prétendre de loin qu’il est son meilleur ami? », a lancé M. Blanchet.

M. Trudeau a répondu que l’immigration constitue une « richesse » pour le Québec, surtout dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

« Le gouvernement du Québec a suffisamment de contrôle sur l’immigration pour doubler le nombre d’immigrants qu’il accepte maintenant. Nous serions heureux d’être ouverts à travailler avec eux s’ils le veulent, s’ils veulent accueillir plus d’immigrants francophones. Nous sommes là pour les aider », a-t-il déclaré.

« Nous savons que les entreprises de partout au Québec font face à une pénurie de main-d’œuvre. Nous savons que nous en avons besoin pour la croissance économique. Mais on sait aussi que les immigrants apportent une profonde richesse à la vie québécoise. Nous serons toujours là pour travailler main dans la main afin d’améliorer le sort de tous les Québécois », a-t-il déclaré.

Avant la période des questions, le lieutenant politique de M. Trudeau au Québec, Pablo Rodriguez, a aussi soutenu que le Québec a tous les pouvoirs nécessaires en matière d’immigration. En vertu de l’entente Québec-Ottawa, la province peut accueillir annuellement 23 % d’immigrants, soit l’équivalent de son poids démographique, plus une marge de 5 %, pour un total de 28 %. Mais à l’heure actuelle, elle n’accueille que 13 % d’immigrants.

« Le Québec peut faire ce qu’il veut. Il a déjà tous les moyens pour le faire. […] L’écart entre les deux, l’écart entre ce qu’il choisit et ce qu’il peut choisir, c’est 66 000 immigrants qu’il peut choisir, 100 % de francophones. Il peut le faire demain matin s’il le souhaite. […] C’est Québec qui fixe son seuil », a-t-il expliqué.

En campagne électorale au Québec, François Legault a évoqué l’idée de tenir un référendum sectoriel sur l’immigration pour forcer la main au gouvernement Trudeau. M. Legault a également indiqué qu’il souhaite maintenir le seuil de nouveaux arrivants que le Québec accueille chaque année à 50 000.

Actuellement, l’immigration est une compétence partagée entre Québec et Ottawa. L’idée de la consultation populaire serait de demander aux électeurs d’appuyer la démarche visant à faire en sorte que le Québec ait plus de contrôle sur son immigration.

Durant la campagne, M. Legault a aussi tenu des propos polémiques en faisant un lien maladroit entre l’immigration et la violence au Québec. Il a été obligé de s’excuser.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.