Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Incendie sur la rue Notre-Dame Ouest | Le bâtiment patrimonial est une perte totale





L’incendie dans l’édifice patrimonial vacant du Vieux-Montréal appartenant au géant de l’immobilier Shiller Lavy Inc. a été maîtrisé à l’aube samedi. Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête pour tenter de connaître la cause de l’incendie. Des dizaines de pompiers ont été mobilisés vendredi soir, et les pertes s’élèvent à plusieurs millions de dollars.




Personne n’a été blessé dans cet incendie majeur, qui n’est pas sans rappeler celui qui a ravagé un autre édifice patrimonial du Vieux-Montréal en mars dernier, faisant sept morts.

Vendredi soir vers 20 heures, les pompiers ont été appelés rue Notre-Dame Ouest, au coin de la rue Saint-Henri, pour un incendie dans un immeuble vacant. Près de 150 pompiers ont été mobilisés pour lutter contre les flammes. Personne n’ayant été trouvé à l’intérieur des lieux, les pompiers ont attaqué le sinistre depuis l’extérieur, afin de protéger les bâtiments adjacents.


PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

À minuit, les flammes étaient maîtrisées, mais l’incendie n’avait pas encore été officiellement déclaré « maîtrisé ». C’était à 5 heures du matin samedi, La presse Stéphanie Lorrain, chef de la section prévention au Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

La façade du bâtiment classé au patrimoine a été préservée, a déclaré Mmoi Lorraine. Cependant, le reste du bâtiment est une perte totale, a-t-elle ajouté.

Selon le rôle d’évaluation foncière de la Ville de Montréal, cet immeuble appartient au groupe Shiller Lavy Inc., un acteur majeur du secteur immobilier à Montréal. Elle était évaluée à près de 2,5 millions de dollars en 2021. Contactée par email, l’entreprise n’a pas répondu. La presse au moment où ces lignes ont été écrites.

Une explosion avant les flammes ?

Une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre les causes de l’incendie, jugé suspect. Vendredi soir, les habitants du quartier ont déclaré La presse ayant entendu une explosion avant le début de l’incendie. « Ça a fait un big bang », raconte Jia, rencontrée dans la rue alors qu’elle attendait des nouvelles des pompiers pour savoir si elle pouvait regagner son domicile.


PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

La SIM n’était pas en mesure de fournir plus d’informations samedi matin sur cette explosion entendue par le quartier.

Samedi, un périmètre de sécurité a été établi sur les lieux et des enquêteurs du SPVM ont été dépêchés sur les lieux. En matinée, les ingénieurs devaient évaluer la structure du bâtiment avant de permettre aux spécialistes d’entrer, a indiqué Jeanne Drouin, attachée de presse du SPVM.

Entre-temps, les enquêteurs ont pu commencer à visionner les images des caméras de surveillance et à parler avec des témoins.


PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Cet événement a dû réveiller de tristes souvenirs chez certains habitants du quartier, puisqu’un autre incendie majeur survenu à quelques pâtés de maisons, dans la nuit du 16 mars, avait coûté la vie à sept personnes, laissant de nombreuses familles dans le désarroi. deuil.

L’homme soupçonné d’avoir déclenché cet incendie a un lourd passé criminel et était en fuite suite à son évasion d’un pénitencier au moment du drame, a révélé La presse dans un rapport publié cette semaine.

Avec la collaboration de Vincent Larin, La presse


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page