Skip to content
Incident national déclaré au Royaume-Uni alors que la maladie se propage pour la première fois en près de 40 ans

La poliomyélite se propage en Grande-Bretagne pour la première fois en près de 40 ans, ont averti les responsables de la santé, alors qu’ils déclaraient un incident national et exhortaient les gens à s’assurer qu’ils étaient vaccinés.

La Grande-Bretagne a été proclamée exempte de poliomyélite en 2003 et le dernier cas sauvage a été détecté en 1984, faisant de l’épidémie actuelle le premier événement de transmission depuis les années 80.

Mercredi, l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé qu’un virus de la poliomyélite dérivé d’un vaccin avait été détecté dans les eaux usées du nord et de l’est de Londres en février et avril, suggérant qu’il s’était propagé entre les individus.

Les experts de la santé pensent que le virus a probablement été importé d’une personne qui avait récemment reçu un vaccin antipoliomyélitique oral contenant un virus vivant, qui a ensuite été éliminé dans les fèces, entrant dans le système d’égouts de Londres.

La poliomyélite peut se propager par une mauvaise hygiène des mains et, moins fréquemment, par la toux et les éternuements. Le virus se multiplie dans l’intestin et les personnes infectées excrètent de grandes quantités de virus dans leurs selles pendant plusieurs semaines.

Bien que l’étrange virus de la polio dérivé d’un vaccin soit ramassé chaque année dans les eaux usées de Grande-Bretagne, ce dernier virus a muté au fil du temps et est maintenant classé comme un poliovirus « dérivé d’un vaccin » de type 2 (VDPV2), qui se comporte plus comme la poliomyélite sauvage.

En de rares occasions, il peut infecter la moelle épinière et la base du cerveau, provoquant une paralysie, généralement dans les jambes, qui se développe au fil des heures ou des jours. Si les muscles respiratoires sont touchés, cela peut mettre la vie en danger.

Baisse du taux de vaccination à Londres

Les enfants sont systématiquement vaccinés contre la poliomyélite en Grande-Bretagne, mais les autorités sont particulièrement préoccupées par le fait que la vaccination chez les jeunes est plus faible à Londres que dans le reste du pays, avec environ un sur 10 non vacciné du tout et environ 30% non boosté à l’adolescence.

Le nord de Londres a l’un des pires taux de vaccination contre la poliomyélite du pays, avec environ un tiers des enfants de Hackney et de la ville de Londres qui n’ont pas reçu de premier vaccin à 12 mois, et près d’un quart ont raté un vaccin à 24 mois.

La couverture dans la capitale pour trois doses était inférieure à 85% dans huit des 33 autorités locales de Londres au cours de l’année scolaire 2020-21, et environ un tiers des enfants n’ont pas eu de rappel préscolaire ou adolescent.

Un rapport récent de l’UKHSA a également révélé qu’à Hillingdon, dans l’ouest de Londres, seulement 35% des adolescents avaient été renforcés contre la poliomyélite, la pire adoption du pays.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.