Insatisfaits, frustrés… Les Français toujours inquiets pour leur pouvoir d’achat, selon une étude

Dans les semaines à venir, un Français sur trois « soyez plus attentif aux prix» Et « être plus intéressé par les promotions« , révèle un baromètre Bonial.

A droite, à gauche ou au centre… Le pouvoir d’achat fait partie de tous les débats, à moins de vingt jours des élections législatives anticipées. Le Rassemblement national en a même fait l’un de ses piliers, aux côtés de l’immigration et de la sécurité. Et pour une bonne raison. Selon un baromètre publié ce jeudi par Bonial*, qui recense les promotions des distributeurs, 73 % des Français sont inquiets, mécontents, impuissants, voire frustrés face à leur pouvoir d’achat. Une proportion en baisse de quatre points par rapport à mars dernier.

Pour 69% des personnes interrogées, le pouvoir d’achat ne permet « pour financer leurs dépenses jusqu’à la fin du mois ». Mais 54% des Français estiment qu’il ne suffit pas d’épargner sur des comptes d’épargne ou sur leurs comptes courants. Ils sont encore plus nombreux (70%) à retrouver leur pouvoir d’achat « insuffisant » de l’investir dans des placements ou dans l’immobilier, malgré la récente baisse des taux d’emprunt.

Se contenter du « strict minimum »

Outre ce pouvoir d’achat jugé restreint, environ sept Français sur dix estiment que les prix du logement, des services publics, des transports, des achats plaisir, des produits alimentaires et non alimentaires ont continué d’augmenter ces dernières semaines. Les consommateurs se retrouvent donc contraints d’arbitrer leurs dépenses.

Dans les prochaines semaines, un Français sur trois le fera « Soyez plus attentif aux prix » Et « être plus intéressé par les promotions ». Environ 20 % d’entre eux privilégieront les marques de distributeurs, moins chères que celles des groupes agroalimentaires. Certains (19%) réduiront également leurs achats « le strict minimum » ou acheter des produits d’occasion (17%). A l’approche de l’été, 17% des personnes interrogées envisagent de réduire leurs déplacements et de réduire leur budget vacances ou loisirs. Une épargne contrainte qui dure désormais depuis plusieurs mois et qui pourrait concerner de plus en plus de Français.

*Plus de 1 000 personnes, âgées de 18 ans et plus, ont été interrogées par OpinionWay pour Bonial entre le 31 mai et le 3 juin 2024. Depuis deux ans, ce baromètre trimestriel analyse l’impact de l’inflation sur les Français et leur achat d’électricité.