Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Ivanhoé Cambridge réduit encore ses effectifs

Dans un contexte on ne peut plus difficile pour les gestionnaires d’actifs immobiliers, le couperet tombe encore une fois chez Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Début octobre, l’entreprise montréalaise a mis à pied 21 de ses employés, a confirmé au Journal sa porte-parole, Camille Guay-Leblanc. Cela représente l’équivalent de 4,4 % de son effectif québécois ou de 3,5 % de l’ensemble de ses employés à l’échelle mondiale.

La direction d’Ivanhoé Cambridge, dirigée par Nathalie Palladitcheff, a décliné notre demande d’entrevue. Mais dans une déclaration écrite, envoyée par email, la direction a précisé qu’aucune division ou secteur spécifique n’avait été visé par cette dernière salve. Les licenciements sont répartis dans toute l’entreprise.

«Notre objectif dans ce type d’exercice est toujours d’optimiser notre structure et d’améliorer son efficacité selon le contexte d’affaires afin d’être plus compétitif dans l’industrie, ainsi que dans la gestion d’avoir des Québécois», a répondu par courriel, son département de communication.

« L’immobilier et la dynamique du marché continuent d’évoluer à un rythme accéléré et l’environnement est complexe. Ajuster, revoir nos priorités et prendre des décisions en conséquence est un exercice sain, avec une attention accrue à la gestion de nos investissements.

Plus de 475 employés au Québec

La filiale immobilière de la Caisse de dépôt a connu de nombreuses restructurations ces dernières années. A chaque fois, accompagné de licenciements. Ainsi, si l’entreprise comptait plus d’un millier d’employés en 2020, elle n’en compte aujourd’hui qu’environ 600, dont la majorité (475) sont situées au Québec.

En février dernier, Ivanhoé Cambridge révélait le bilan d’une performance positive. Le portefeuille Ivanhoé Cambridge a réalisé un rendement de 12,4 % en 2022, soit une performance identique (12,4 %) à celle de l’exercice 2021.

Une performance qui s’explique par une réduction de son exposition aux marchés des bureaux et des centres commerciaux et une augmentation de sa présence dans des secteurs jugés plus prometteurs, l’immobilier industriel et logistique.

Au cours du dernier exercice, la valeur de son portefeuille immobilier s’est élevée à 77 milliards de dollars, soit une augmentation de 12 % par rapport à l’année précédente (69 milliards de dollars).

Avec la contribution de Francis Halin et Sylvain Larocque


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page