« Je suis heureux si je suis comparé à Rafa », rougit le patron Swiatek

Dominatrice depuis le début du tournoi, la Polonaise n’a pas caché sa surprise d’être comparée au cône Rafael Nadal.

Vite fait, bien fait. Iga Swiatek continue de battre la concurrence. Et Coco Gauff a subi la loi du double tenant du titre en demi-finale (6-2-6-4). « J’ai mis la pression sur Coco, même si elle m’a breaké dès le début du deuxième set, je savais que je pouvais revenir rapidement, résuma Swiatek. J’ai augmenté mon niveau d’intensité. Je pense que dans l’ensemble, tout a bien fonctionné dans mon jeu. Je suis fier de ce que j’ai fait. »

Et lorsqu’un journaliste comparait sa domination actuelle à celle de son idole Rafael Nadal, 14 fois sacré Porte d’Auteuil, la numéro un mondiale rougit : « On verra dans 14 ans si c’est le même parcours. Mais c’est très sympa en ce qui me concerne. Je ne m’attendais pas du tout à ce que quelqu’un me compare à Rafa. Pour moi, il est au-dessus de tout le monde, c’est une véritable légende. Comme je l’ai dit, nous verrons dans quelques années. Mais je suis fier de moi, car je joue régulièrement ici. Je suis heureux si les gens me comparent à Rafa.


Cette surface me permet d’élever mon niveau de jeu, je fais plus de topspins.

Iga Swiatek

Reine du tennis mondial, la championne de 23 ans se montre particulièrement dominante sur l’ocre. Tentative d’explication : « Cette surface me permet d’élever mon niveau de jeu, je fais plus de topspins. Je peux jouer plus de balles défensives, car la surface est plus lente. Par contre, j’ai parfois le temps d’attaquer. J’ai l’impression d’utiliser tous ces clichés. Et sous le soleil, son jeu brille plus que sous l’humidité et le toit central. En salle, elle a failli passer à la trappe au 2e tour face à Naomi Osaka : « Quand le toit est ouvert, avec le soleil, les balles rebondissent un peu plus haut. Et c’est un peu plus sec, les couilles giclent un peu plus ; dans ce cas, mes coups sont plus violents, et c’est tout. Je pense aussi que nous avons joué dans des conditions qui étaient les mêmes à Rome, et même avant le tournoi. Donc, au premier tour, avec des conditions différentes, c’était plus difficile pour moi.

Placez Jasmine Paolini en finale. « Nous avons joué l’un contre l’autre il y a longtemps, je dois me préparer tactiquement et voir à quoi ressemble son jeu aujourd’hui. Ce qui est sûr, c’est que c’est sa meilleure saison à ce jour. Elle a dû changer quelque chose dans sa façon de jouer. Je dois me concentrer sur moi-même, préparer ma tactique et me concentrer sur ma cohérence tactique.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >