« Jordan Bardella, en ironisant la figure de Jean Moulin, a déchiré toute l’image de respectabilité que ce parti prétend offrir aux Français »

EDans une exclamation, lors du débat de jeudi 27 juin, le Rassemblement national (RN), par la voix de son leader et candidat à l’Hôtel de Matignon, a déchiré toute l’image de respectabilité que ce parti prétend offrir aux Français. En réponse aux mises en garde du Premier secrétaire du Parti socialiste (PS) sur le risque de dénaturalisation des Français d’origine étrangère qui résulterait d’une victoire du RN et d’un gouvernement d’extrême droite, Jordan Bardella a ironisé en souriant. c’était à la fois moqueur et glaçant : « Ça y est : Jean Moulin est de retour !

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés L’appel des enfants et petits-enfants de résistants : « Le RN/FN n’est pas un voyageur sans bagages »

Tout est dit. Pas seulement de l’idée que l’extrême droite se fait de Jean Moulin et de la Résistance réduite au statut de plaisanterie. Mais aussi, de l’obsession qu’entretient le RN pour le passé de la lutte contre le nazisme et pour la collaboration. Et même, tout est dit sur le rapport de la formation de Marine Le Pen avec l’Histoire.

Jordan Bardella s’offre en effet le luxe d’une bonne parole, avec une évidente satisfaction personnelle, saisissant l’occasion de ridiculiser ce Nouveau Front Populaire qui s’est donné pour mission de s’attaquer au nouvel ennemi fasciste et nazi qu’incarnerait aujourd’hui le RN. Pour lui, cette coalition de gauche vit dans le passé et dans l’incantation, avec quelques icônes qui n’appellent qu’au mépris.

Ignorance historique et politique

En agissant de la sorte, le Premier ministre autoproclamé (en cas de victoire électorale) révèle son ignorance, à la fois historique et politique. Historique, car les recherches sur Jean Moulin ont bien établi son rôle capital dans la Résistance, dans la libération et la refondation de la France à laquelle le Conseil national de la Résistance (organisme, fondé par Jean Moulin en 1943, qui dirige et coordonne les différents mouvements de la Résistance intérieure française pendant la Seconde Guerre mondiale) apporte une contribution majeure – on peut renvoyer Jordan Bardella au musée Jean Moulin ou à celui de l’Ordre de la Libération, ou encore à de nombreuses études particulièrement documentées.

Politique, car l’exemple et la figure de Jean Moulin ont été un ciment de l’histoire nationale de l’après Seconde Guerre mondiale, de la gauche libertaire et communiste aux gaullistes en passant par les socialistes – dont Léon Blum et André Philip – et les radicaux comme Pierre Mendès France. Rappelons à ce propos la préface que le général de Gaulle, en 1947, donnait à la collection posthume de son délégué général, Premier combatet bien sûr le discours qu’André Malraux prononça le 19 décembre 1964 pour le transfert de ses cendres au Panthéon.

Il vous reste 51% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.