Skip to content
JPMorgan lance un avertissement de « choc de richesse » aux États-Unis – RT Business News


La richesse des ménages américains a chuté d’au moins 5 000 milliards de dollars jusqu’à présent cette année dans un contexte de vente massive sur le marché, selon une note de JPMorgan Chase vue par Bloomberg. Les pertes pourraient s’élever à 9 000 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, a-t-il estimé.

Selon le rapport, les milliardaires américains sont les plus grands perdants de la déroute du marché, leur richesse collective ayant chuté de près de 800 milliards de dollars depuis son pic de novembre.

Les données ont montré que depuis le début de l’année, l’indice S&P 500 a glissé de 18 %, le Nasdaq 100 a perdu 27 % et un indice Bloomberg des crypto-monnaies a plongé de 48 %.

La flambée des taux d’intérêt a ajouté à la douleur. La Réserve fédérale américaine, aux prises avec l’inflation la plus élevée depuis des décennies, a besoin que les Américains limitent leurs dépenses, malgré le risque de ralentissement économique.

Les économistes de JPMorgan ont écrit que les pertes globales de la valeur nette des ménages se traduiraient par « un choc de richesse qui devrait freiner la croissance au cours de l’année à venir. » En effet, les dépenses de consommation chutent généralement de deux cents par an avec chaque dollar de baisse de la richesse financière, estiment-ils.


Les ménages et les organisations à but non lucratif américains détenaient environ 170 000 milliards de dollars fin 2021, selon la Réserve fédérale. Plus de la moitié du montant est détenu dans l’immobilier et les actions.

« La hausse des prix des maisons et la forte hausse des taux hypothécaires ont réduit l’activité des acheteurs », Lawrence Yun, économiste en chef de la National Association of Realtors, a été cité par Bloomberg. « Il semble que d’autres baisses soient imminentes dans les mois à venir. »

Selon les estimations de la Fed, les 1 % les plus riches possèdent plus de la moitié des avoirs américains en actions et en fonds communs de placement, tandis que les 90 % les plus pauvres en possèdent moins de 12 %. En revanche, dans l’immobilier, les 90 % les plus pauvres possèdent plus de la moitié du total, tandis que les 1 % les plus riches en détiennent moins de 14 %.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.