la baisse de l’inflation à la rescousse ?

Pour les associations et fondations, l’année 2023 s’annonce sombre, en raison de l’inflation. Interrogés sur leurs intentions de dons en début d’année dernière, dans le cadre du baromètre solidaire annuel Ipsos/Apprentis d’Auteuil, les Français se montraient réservés. Six personnes sur dix estiment ne plus avoir les mêmes capacités financières qu’en 2022. Et les personnes interrogées pensant donner moins que l’année précédente (39 %) sont plus nombreuses que celles envisageant de donner plus (22 %) – une première depuis la une étude est réalisée (2019).

Si les chiffres du secteur pour 2023, du syndicat France Générations, sont attendus pour fin mai, de premiers indicateurs suggèrent que, peut-être, le pire a enfin été évité.

Il y a eu « plus de peur que de retenue, qu’ils soient jeunes, seniors, modestes ou hauts revenus, les Français disent qu’ils étaient là »juge Stéphane Dauge, directeur de la communication, des relations bienfaiteurs et des ressources de la fondation Apprentis d’Auteuil, à la lecture du baromètre 2024 (réalisé en ligne auprès de mille cinq cents adultes en février et mars).

En pratique | Dons aux associations : quelles nouvelles baisses d’impôts en 2024 ?

Dans le détail, 51% des sondés déclarent avoir donné de l’argent au moins une fois à une association ou une fondation en 2023 (c’était 50% pour 2022), 81% des ménages aisés avec au moins 120 000 euros nets annuels (+ 3 points par rapport à 2022). un ans).

371 euros par donateur

« Même parmi les plus modestes, les ménages disposant de moins de 15 000 euros de revenus, pourtant les plus touchés par l’inflation, la part des donateurs déclarés a augmenté d’un point, à 43 % pour 2023. », note M. Dauge. Il ajoute que « La générosité des jeunes continue de croître, avec 56% des donateurs déclarés parmi les moins de 35 ans. » Un chiffre en hausse de 14 points sur trois ans, et supérieur à celui de l’ensemble de la population.

Autre source d’optimisme pour le secteur, le montant moyen par donateur atteint, pour 2023, 371 euros dans la population générale (contre 333 euros pour 2022), et 2 686 euros parmi les hauts revenus, un niveau record (il était de 2 372 euros pour 2022).

La baisse de l’inflation au cours de l’année 2023 semble avoir changé la donne. Alors qu’il était au plus haut, autour de 6%, au premier trimestre, lorsque les personnes interrogées étaient interrogées sur leurs intentions, il était retombé sous la barre des 4% à la fin de l’année, période la plus favorable aux dons.

« La générosité que les Français disent avoir exprimée en 2023 était clairement une réponse aux urgences – ils se sont mobilisés notamment face aux tremblements de terre en Turquie, en Syrie, au Maroc – puis à l’automne après l’appel des Restos du cœur », décrypte encore M. Dauge. Et l’étude montre le « prise de conscience de la précarité croissante, des difficultés rencontrées notamment par les jeunes, et du fait que le « quoi qu’il en coûte » est terminé, que le secteur associatif mène des actions que l’Etat ne peut plus mener seul »il continue.

Il vous reste 51,47% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.