Skip to content
La Bourse de Paris bascule dans le rouge, plombée par les risques économiques


La Bourse de Paris a réduit son enthousiasme lundi matin, tombant dans le rouge après une ouverture en nette hausse, le rebond technique en vue à Wall Street ne suffisant plus à motiver les investisseurs qui craignent de plus en plus la récession.

A 10h50, l’indice CAC 40 reculait de 0,06% à 6 281,27 euros, après avoir démarré la semaine en hausse de plus de 1%. Vendredi, la cote parisienne avait légèrement rebondi de 0,20%, mais affichait un solde négatif de 1,22% sur la semaine.

Les actions européennes ont perdu du terrain la semaine dernière mais ont mieux résisté que les marchés américains, même si la guerre en Ukraine assombrit les perspectives économiques de la zone euro.

Les incertitudes concernant les perspectives de croissance mondiale et d’inflation continuent de compliquer la voie à suivre pour les investisseurs.

« Tant que les marchés n’auront pas été rassurés sur la trajectoire macroéconomique, il est probable que les séances dans le rouge continueront à se succéder. Il y aura, ici et là, des rebonds techniques. Mais tout porte à croire qu’il sera de courte durée », a déclaré Christopher Dembik, directeur de la recherche en macroéconomie chez Saxo Bank.

De plus, « au niveau sanitaire, alors qu’on pensait être (presque) sortis de la pandémie de coronavirus, une autre maladie pourrait prendre le relais », le monkeypox, observe John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

Le moral des entrepreneurs allemands a connu une deuxième hausse consécutive en mai, après une chute historique en mars causée par la guerre en Ukraine, mais les craintes sur l’avenir de l’économie restent importantes.

Cette semaine, les investisseurs se pencheront sur le procès-verbal de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la banque centrale américaine pour déterminer s’ils doivent ou non s’attendre à un nouveau resserrement des conditions monétaires.

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde a pour sa part indiqué que la première hausse des taux devrait être décidée en juillet par l’institution.

Vinci recule, une filiale visée pour « corruption privée »

Vinci perdait 2,12% à 89,03 euros. Sa filiale Vinci Construction France a été mise en examen en février pour « corruption privée », a indiqué vendredi le parquet de Nanterre.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.