Skip to content
La Bourse de Paris conclut dans le rouge après le chômage américain


La Bourse de Paris a fermé (-0,63%) vendredi après l’annonce de chiffres de l’emploi américain meilleurs que prévu, qui ont ravivé les craintes des investisseurs sur la politique monétaire de la Fed.

L’indice vedette CAC 40 perd 41,04 points, terminant la semaine à 6 472,35 points, en hausse par rapport au début de la semaine.

Paris était la seule place européenne dans le rouge depuis le début de la séance, plombée notamment par le luxe pénalisé par les tensions géopolitiques entre la Chine et les Etats-Unis et des indicateurs économiques chinois décevants cette semaine.

Le marché de l’emploi a fortement progressé en juillet aux Etats-Unis, reflétant le dynamisme inattendu de l’économie qui risque, aux yeux des marchés, de conforter la banque centrale américaine (Fed) dans sa politique de relèvement de ses taux directeurs pour lutter contre l’inflation.

« Les marchés ont été secoués à l’idée que la Fed allait assouplir sa politique de hausse de ses taux directeurs », se souvient Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

« Ce rapport éloigne les craintes de récession mais remet les craintes de resserrement monétaire » au premier plan, a-t-il déclaré.

Le marché obligataire a vivement réagi à ces annonces. Les rendements à deux ans de la dette publique ont particulièrement augmenté et celui de la France a terminé à 0,36%, contre 0,28% à la clôture de la veille.

En France, le nombre d’emplois salariés du secteur privé a continué d’augmenter au deuxième trimestre 2022, malgré la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie.

Selon l’estimation provisoire de l’Insee publiée vendredi, le secteur privé a enregistré 102.500 créations nettes d’emplois entre fin mars et fin juin 2022. Cette hausse de 0,5% est supérieure à celle du premier trimestre 2022 (+0,3% , soit 69 500 emplois supplémentaires).

Le déficit commercial français de biens s’est encore fortement dégradé en juin et au premier semestre, principalement en raison de la facture énergétique.

Le bilan semestriel culmine à 71 milliards d’euros de déficit après une détérioration de 13,3 milliards d’euros en juin, ont annoncé vendredi les douanes françaises, deux records historiques.

La technologie souffre de la hausse des taux d’intérêt

Les valeurs technologiques, particulièrement sensibles aux variations de taux d’intérêt, ont fortement chuté. Teleperformance, spécialiste du service client externalisé, a subi la plus forte baisse du CAC 40, perdant 6,25% à 308,90 euros par action. Le géant informatique Capgemini lâchait 1,21% à 188,35 euros et Worldline (société experte des paiements en ligne) 1,26% (42,46 euros).

L’annonce en bas de l’affiche

Dans le sillage de son grand concurrent britannique WPP, qui perdait 6,63% après avoir annoncé une légère hausse du bénéfice net mais des marges en baisse au premier semestre, le mastodonte publicitaire Publicis reculait de 3,84% à 49,12 euros. l’action, suivi par JCDecaux (-2,10% à 15,37 euros).

Le luxe rayé par la Chine

Le luxe français, poids lourd du CAC 40, a souffert du contexte macroéconomique en Chine, pays qui représente une part importante de son marché.

Hermès perd 2,53% à 1.348 euros l’action, Kering 2,30% à 543,60 euros, L’Oréal 2,24% à 358,15 euros et le géant LVMH 1,56% à 682,20 euros l’action.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.