Skip to content
La Bourse de Paris frileuse pour commencer la semaine


La Bourse de Paris a chuté de 0,15% lundi, freinée par une recrudescence de l’épidémie de Covid-19 en Chine, deuxième économie mondiale, qui a assombri les perspectives de croissance mondiale.

L’indice star du CAC 40 recule de 10,01 points à 6.634,45 points. La cote parisienne avait progressé de 1,04% vendredi, bouclant ainsi sa septième semaine de hausse (+0,76%).

La Chine a signalé lundi deux nouveaux décès de patients atteints du Covid-19, alors que plusieurs grandes villes continuent d’imposer de sévères restrictions sanitaires.

Cette évolution tempère les espoirs d’un assouplissement imminent de la politique sanitaire du pays, où les confinements locaux, les quarantaines et les dépistages continuent d’être imposés à grande échelle.

« Pour l’Europe, c’est plutôt une bonne nouvelle que la Chine ne rouvre pas son économie d’un coup, car cela aurait rendu les prix du pétrole et du gaz plus chers, mais l’inflation est le premier problème pour l’Europe. », a estimé Vincent Juvyns, stratège pour JP Morgan AM, auprès de l’AFP.

Les prix du pétrole ont également chuté d’environ 5% lundi face aux craintes d’une baisse de la demande chinoise de pétrole.

« Nous pensons que l’inflation en Europe devrait culminer au cours de ce trimestre », a déclaré Vincent Juvyns.

En Allemagne, les prix à la production ont également enregistré une baisse mensuelle en octobre, la première depuis mai 2020, grâce à la baisse des coûts de l’énergie.

L’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE) s’est montré plus prudent lundi : l’inflation restera dynamique avec « les prix de l’énergie l’an prochain (qui) devraient rester plus élevés que prévu », a prévenu Phillip Lane.

Il a également déclaré que la BCE était susceptible de prolonger son cycle de hausse des taux au-delà de 2022, appelant les travailleurs et les entreprises à faire preuve de retenue pour soutenir la lutte contre l’inflation.

Les entreprises « doivent faire attention à ne pas augmenter leurs marges de manière excessive », les salariés « doivent faire attention à ce qu’est une augmentation de salaire soutenable » sur le long terme, a-t-il dit.

TotalEnergies coule avec le pétrole

Plombée par la chute des cours du pétrole, l’action du géant français de l’énergie TotalEnergies a terminé dans le bas du CAC 40, perdant 3,08% à 55,63 euros. Maurel & Prom reculait également, de 3,72%, à 4,01 euros.

Vallourec sort du rouge, mais chute en Bourse

Vallourec, spécialiste des tubes sans soudure pour l’industrie pétrolière, est sorti du rouge au troisième trimestre, profitant notamment d’un « souci de sécurité énergétique » dans les pays privés de gaz russe ainsi que de la décision « difficile » de fermer ses usines en Allemagne en 2023 pour garantir sa « survie ».

L’industriel français a annoncé pour le troisième trimestre un résultat net de 6 millions d’euros, après une perte de 7 millions l’an dernier, sur un chiffre d’affaires en hausse de 54% à 1,28 milliard d’euros.

A la Bourse de Paris, le titre a chuté de 13,23% à 9,97 euros. Mais depuis le début de 2022, il affiche une augmentation d’environ 13 %.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.