La candidature de Jérôme Cahuzac aux législatives fait débat à Villeneuve-sur-Lot

La campagne des législatives dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne est marquée par le retour de l’ancien ministre du Budget, condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale.

Publié


Temps de lecture : 3 minutes

Jérôme Cahuzac, en campagne sur un marché du Lot-et-Garonne, le 20 juin 2024. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Quatre ans de prison dont deux ferme pour fraude fiscale et cinq ans d’inéligibilité. C’est la peine purgée par Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget de François Hollande condamné en 2018 pour fraude fiscale. Aujourd’hui, l’ancien ministre revient en politique, candidat sans étiquette, pour tenter de reconquérir le mandat de député dont il avait dû démissionner en 2013 après les révélations de Mediapart. Un retour diversement apprécié en 3e circonscription du Lot-et-Garonne, autour de Villeneuve-sur-Lot.

Vêtu d’une veste bleue et de baskets, Jérôme Cahuzac parcourt le marché de la rue principale de la bastide de Castillonnès et s’adresse d’abord à Nathalie. « Ai-je raison de rentrer? »lui demande-t-il d’un ton interrogatif. « Oui », Elle répond. La mémoire d’un député et d’un ministre qui ont facilité les réalisations ici, c’est ce dont se souvient le maire d’une petite ville voisine : « Nous l’aimons parce que nous nous souvenons de ce qu’il était. On était contents, il a fait plein de choses à Castillonnès, à Villeneuve.»

Mais le retour ne se fait pas sans heurts. Eliane, électrice de gauche, décide de se rapprocher du candidat. « Je ne comprends pas ça avec les casseroles que tu as… », elle commence. « Une poêle assez grande… »lui dit-elle avant d’être interrompue par Jérôme Cahuzac : « Mais j’ai payé ma dette. Êtes-vous de gauche ? Il s’avère que ce sont les gens de gauche qui ont aboli la peine de mort physique et ce sont les gens de gauche qui veulent instaurer la peine de mort sociale. Je ne le fais pas. » je ne trouve pas cela très cohérent. »gronde l’ancien ministre.

« Je ne comprends pas comment il peut se représenter. Je trouve ça immoral. Pour le moment, arrête, c’est bon. » ! Nous voulons des gens impeccables, humains, ce n’est pas possible. Cette tentation de tricher, enfin ! La confiance est rompue.

Eliane, électrice de gauche

sur franceinfo

Ce qui n’empêche pas le candidat de croire en son étoile, convaincu que l’absence d’un candidat macroniste et le choix d’un insoumis pour représenter la gauche lui ouvrent des perspectives : « Je veux prouver qu’on peut appartenir à cette gauche raisonnable, républicaine et laïque, et qu’on peut à la fois battre un candidat de La France insoumise au premier tour, et un candidat du Rassemblement national au second tour. »

Le soutien visible que lui apportent plusieurs élus locaux du Parti socialiste tend à agacer le candidat du Nouveau Front populaire, l’insoumis Xavier Czapla.

« Je ne sais pas de quelle gauche il s’agit car il s’avère que là-bas, la gauche s’est rassemblée autour du programme du Nouveau Front populaire. »

Xavier Czapla, candidat du Nouveau Front Populaire

sur franceinfo

Parmi les concurrents dans cette circonscription, il y a aussi le successeur de Jérôme Cahuzac à la mairie de Villeneuve-sur-Lot, le LR Guillaume Lepers : « On avait comme alternative le député sortant qui n’est clairement pas à la hauteur, le candidat Mélenchon, et le retour du passé. Si on veut offrir quelque chose d’avenir pour ce territoire, j’ai pris mes responsabilités et je m’implique. « .

En 2022, cette circonscription a élu Annick Cousin du Rassemblement national au second tour. Elle compte aujourd’hui sur le programme RN, la baisse de la TVA et les peines minimales pour être réélue et veut désamorcer un éventuel « Effet Cahuzac ». « Il a payé sa dette avec l’argent qu’il a mis de côté, mais il n’a pas payé sa dette moralement. Il n’aura pas d’étiquette politique, donc il sera un électron libre, certes, mais non, il n’aura pas beaucoup de poids. » dans l’hémicycle. »


Les autres candidats dans la 3ème circonscription du Lot-et-Garonne :

Annick Cousin (Rassemblement national)

Xavier Czapla (Nouveau Front Populaire)

Guillaume Lepers (Les Républicains)

Bernadette Gasc (Lutte ouvrière)