Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

La « chambre étoile » conservatrice rejette le plan de vols de Rishi Sunak vers le Rwanda

Dans The Telegraph, Sir Bill Cash, qui préside la « chambre des étoiles » du Groupe européen de recherche, affirme qu’« à l’heure actuelle », la législation n’est pas « suffisamment étanche pour répondre aux objectifs politiques du gouvernement ».

Dans des remarques qui semblent plaider en faveur d’une suppression plus claire de certaines parties de la Convention européenne des droits de l’homme, Sir Bill insiste sur le fait que le Parlement « peut légiférer pour outrepasser les dispositions des traités internationaux à condition qu’il le fasse en termes si clairs et sans ambiguïté que son intention ne puisse être mal compris.

« Dans de telles circonstances, les tribunaux suivront à la lettre la législation explicite. »

Le panel de Sir Bill devrait diffuser ses conclusions écrites complètes aux députés lundi. Mais Mme Braverman et M. Jenrick ont ​​fait valoir que le projet de loi permettrait aux individus de « concocter » des allégations qui les aideraient, au moins, à retarder leur renvoi.

Les anciens ministres ont également fait part de leurs inquiétudes quant au fait que plutôt que de bloquer catégoriquement les ordonnances du tribunal de Strasbourg en vertu de l’article 39 qui ont bloqué les vols d’expulsion l’année dernière, la décision d’utiliser ou non un nouveau pouvoir pour ignorer ces injonctions serait laissée au gouvernement.

Mme Braverman a déclaré : « Je sais que notre procureur général a indiqué qu’ignorer une injonction de la règle 39 constituerait une violation du droit international, donc dans sa forme actuelle, la règle 39 bloquera les vols. »

Sunak reste ferme

Samedi, M. Sunak s’est engagé à faire avancer le projet de loi malgré les critiques de ses anciens ministres. Il a déclaré : « Les conservateurs sont du côté du public – et nous poursuivrons notre plan visant à arrêter les bateaux. »

Dans un discours prononcé mardi, Sir Keir Starmer devrait accuser les conservateurs d’ignorer leurs obligations « envers la démocratie, l’État de droit » et « servir notre pays ».

Un haut député conservateur a déclaré qu’il pensait qu’il était « très probable qu’il y ait des votes contre » le projet de loi mardi.

Cependant, un conservateur de droite du parti a déclaré qu’il conseillerait à ses camarades rebelles d’« attendre leur heure » afin de faire pression sur le gouvernement pour qu’il modifie le projet de loi « défectueux » à un stade ultérieur. Une telle approche pourrait entraîner de nombreuses abstentions.

Le groupe de députés centristes One Nation examine également le projet de loi. Damian Green, son président, a déclaré : « Les pouvoirs des ministres de prendre eux-mêmes des décisions sur des cas individuels, c’est l’une des questions qui ont été soulevées, ainsi que l’aspect de la législation affirmant que le Rwanda est sûr. Ce sont deux préoccupations que nous avons.

Une source n°10 a insisté sur le fait que Mme Braverman et M. Sunak avaient « des réunions bilatérales presque bimensuelles au cours desquelles elle pouvait soulever ce qu’elle voulait soulever ». Une source proche de Mme Braverman a contesté cette affirmation.

A propos de la migration légale, la source a ajouté : « Le Premier ministre doit trouver un équilibre entre la croissance de l’économie et la réduction des niveaux de migration nette, qui, selon lui, sont bien trop élevés. C’est pourquoi, au printemps, il a pris les mesures les plus sévères jamais prises pour réduire le nombre de migrants. Et c’est pourquoi, la semaine dernière, il a pris des mesures encore plus sévères pour réduire les niveaux de 300 000 personnes supplémentaires. »


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page