Skip to content
La Commission européenne va maintenir les fonds européens de la Hongrie dans les limbes


La Commission européenne continuera de proposer de suspendre une partie des fonds de l’UE à la Hongrie, car les responsables pensent que le gouvernement du Premier ministre Viktor Orbán n’a pas mis en œuvre toutes les mesures d’état de droit et de lutte contre la corruption précédemment convenues, selon des personnes proches des discussions.

La commission devrait prendre la décision formelle mercredi prochain (30 novembre) et est sur le point de conclure que la Hongrie n’a pas fait suffisamment de progrès sur les 17 mesures qu’elle avait convenues avec la commission en septembre.

Budapest avait convenu de 17 mesures pour lutter contre la corruption, qui, selon les critiques, est l’instrument clé de la manière dont Orbán centralise le contrôle en Hongrie.

La commission avait recommandé en septembre de suspendre quelque 7,5 milliards d’euros de fonds, soit 65% des fonds de cohésion du budget de l’UE 2021-27 dans le cadre du mécanisme dit de conditionnalité, une nouvelle règle de l’UE, qui permet à l’UE de suspendre des fonds à un pays membre si ces fonds sont à risque.

Les gouvernements de l’UE doivent décider d’ici le 19 décembre s’ils souhaitent adopter, rejeter ou amender la proposition de la Commission à la majorité qualifiée.

L’exécutif européen, quant à lui, devrait approuver le plan de relance de la Hongrie, d’une valeur de 5,8 milliards d’euros.

Cependant, il ne débourserait ces fonds qu’une fois que le gouvernement Orbán aurait franchi 27 « super jalons » – des mesures qui, espère la commission, augmenteront l’indépendance du pouvoir judiciaire en Hongrie.

Ces 27 mesures de réforme incluront les 17 engagements demandés dans le cadre du mécanisme de conditionnalité.

Néanmoins, une approbation formelle du plan de relance est essentielle avant la fin de l’année afin que la Hongrie ne perde pas 70 % de l’argent qui lui est alloué. Les États membres devront également donner leur feu vert à l’approbation du fonds de relance du pays.

Quoi de plus?

Entre autres choses, la commission veut toujours renforcer l’Autorité d’intégrité, un nouvel organe proposé par la Hongrie qui superviserait les dépenses des fonds de l’UE.

La commission aimerait voir des enquêtes pour donner suite aux conclusions de l’autorité, et elle aimerait voir de nouveaux efforts pour cimenter l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Il souhaite également un contrôle judiciaire plus strict des poursuites – l’un des problèmes est le faible niveau de poursuite des affaires de corruption très médiatisées -, en plus de renforcer les pouvoirs d’un Conseil national de la magistrature, un organe d’autorégulation, et de protéger la possibilité de poser des questions à la Cour européenne de justice.

La commission cherche à s’assurer que toutes les mesures sont pleinement mises en œuvre, car elles dépendent les unes des autres pour être efficaces.

Jeudi, lors d’une conférence de presse, Tibor Navracsics, ministre chargé des fonds de l’UE, a déclaré que le gouvernement hongrois s’était engagé à répondre à toutes les exigences, y compris celles relatives aux réformes judiciaires.

Enfermé dans

Il reste à voir quelle sera la prochaine étape de Budapest si l’UE suspend effectivement les fonds prévus pour la Hongrie.

Le gouvernement Orbán a menacé d’opposer son veto à certaines priorités clés de l’UE, notamment un programme d’aide conjoint de 18 milliards d’euros pour l’Ukraine et un accord mondial sur un taux minimum d’imposition des sociétés.

Il pourrait essayer de faire pression sur certains des pays ayant pour priorité d’acheminer l’aide à l’Ukraine, de ne pas voter pour la suspension des fonds de l’UE.

Certainement pas

Jeudi (24 novembre), le Parlement européen a adopté une résolution faisant valoir que la Hongrie n’a pas respecté les mesures et que la Commission devrait proposer de suspendre les fonds.

L’eurodéputée verte française Gwendoline Delbos-Corfield, qui est en charge du dossier sur la Hongrie, a déclaré que « les réformes proposées ne résoudront pas la situation désastreuse » dans le pays et « il faudra beaucoup plus pour restaurer la démocratie et l’État de droit ».

« Même si les 17 mesures étaient efficaces et correctement mises en œuvre, elles ne feront rien pour remédier au manque de droits fondamentaux, à la liberté des médias ou aux attaques contre les minorités », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L’eurodéputé vert allemand Daniel Freund a fait valoir qu’il « faudra plus que masquer les fissures pour restaurer la démocratie hongroise », et que les fonds devraient être gelés jusqu’à ce que le gouvernement Orbán « reconstruise les structures d’un État démocratique fonctionnel ».


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.